HAÏTI/GRACIA DELVA. Opération blanchiment et corruption : V. Numa, G. Henry, L. Désir, Bob C…

0
75

Après sa séance d’échauffement avec V. Vuma, l’honorable (tel est le titre octroyé aux sénateurs dans ce pays archaïque), a enrichi sa version des faits en se dédouanant totalement sur Y. Latortue qui, selon lui, aurait été son prof. en délinquance.

De plus, le champ de ses délations s’est élargi – histoire de moeurs de son collègue Sénatus – vraie ou fausse, mais  n’ayant aucun rapport avec ce qui lui est reproché. Le but étant de tremper tout le monde dans le cas de sa participation présumée à un acte de kidnapping.

Du genre : ils disent que je suis coupable mais je sais un tas de choses sur eux. Et ils ont intérêt à “poze” sur moi, ce qui correspond à une menace non voilée.

Tout ce déballage marqué par une grande incohérence, de bobards, d’ inepties, de coqs   à l’âne, d’anecdotes. D’ailleurs, son argument comme quoi il était absent au moment du kidnapping, n’est pas forcément en sa faveur. Si vous lisez les histoires des crimes, vous remarquerez que c’est assez courant que le criminel se trouve une couverture de ce style. Le fait de ne pas être présent au moment du crime ne signifie pas qu’on n’y ait pas collaboré.

N’importe quel enquêteur le sait. De même que le devrait n’importe quelle personne – voire un journaliste. 

Et puis, pourquoi ce type ne va pas se défendre devant la justice. C’est uniquement ce que lui demande la société.

Bref, pour sauver le soldat G. Delva, les marchands de micro ont, – selon l’habitude qu’ils ont prise depuis l’arrivée des tèt kale de faire de la distraction,- traité ce dossier en tchaka,  mélangeant tout pour confondre, ne relevant pas les contradictions et laissant l’interviewé se projeter dans des considérations pseudo morales et nationalistes. Le type parle des 150 millions de $ Taïwan bloqués par l’opposition, comme si cet argent aurait été mieux utilisé que celui de PetroCaribe ou de la Caravane. En fait le peuple haïtien devrait plutôt remercier les opposants à Jovenel d’avoir bloqué cet argent qui, vu la gestion des tèt kale, aurait risqué de 

Quant à Bob C, il a fait ses excuses à G. Delva pour avoir trop parlé de ses bottes de luxe. Lui, BoB C, réclame à cor et à cris la fermeture du Parlement, comme si ce était pas l’Exécutif et le secteur privé qui soudoyaient les parlementaires – les encourageant dans la pratique de la corruption – afin qu’ils votent en faveur du gouvernement. La première mesure s’il y avait une quelconque logique dans ce raisonnement, serait de fermer l’Exécutif, de manière à l’empêcher de donner de l’argent aux parlementaires.

Bel exercice messieurs !

On peut s’attendre à ce que votre prochain invité soit  Onondieu, un autre ” très jovial” sénateur.

 

 



LE MONDE DU SUD – ELSIE NEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here