Décès infanto-juvénile d’un régime politique kwashiorkor!- Par Carly Dollin

0
67

Faux président, faux policiers, faux politiciens, faux journalistes, faux conseillers, faux ministres, faux premiers ministres, faux directeurs généraux, faux médias, faux parlementaires, les mêmes vocables, les mêmes constats, les mêmes prétextes, les mêmes discours, les mêmes entêtements, les mêmes opiniâtretés, ainsi que les mêmes scènes et les mêmes épisodes qui caractérisent les mêmes feuilletons et les mêmes séries, déjà vus et entendus, retraçant la fin ultime d’un pouvoir politique aveugle. Tous les concepts de la thanatophobie de ce régime politique sont soulignés à l’encre forte sur notre territoire, de 27 750 km carrés, meurtri, ensanglanté et précipité dans le chaos systémique, au cours de cette année 2019.

Les désordres, les injustices, les crimes et les barbaries ont définitivement atteint un pic choquant et révoltant en ce sombre mois de juin. Des journalistes, des jeunes garçons, des jeunes filles, des étudiants, voire des marchands, des propriétaires d’entreprises et d’honnêtes policiers, sont la cible de ces animaux politiques qui sont déterminés et motivés contre les vents cycloniques et les marrées montantes du petrochallenge pour maintenir leurs positions officielles, soit les seuls espaces qui leur garantissent l’oxygène qui alimente leurs poumons.

En dehors des bulles officielles, ces parlementaires, ces ministres, ces conseillers et ces présidents indignes – qui communiquent, badinent, dinent, déjeunent, soupent, boivent, voyagent, jouent et séjournent avec des assassins et des bandits notoires – cassent rendez-vous avec le trépas. Si les refuges officiels sont les uniques asiles et les seuls abris pouvant accueillir ces serpents politiques ; alors, il serait temps que ces arrogants, indécents et cupides dirigeants sans vision, sans cœur et sans tête, fassent leurs testaments car de gré ou de force, ils vont devoir laisser ces espaces républicains climatisés, blindés, teintés et protégés, qui leur confèrent des missions criminelles aux enfers avec la plus grande facilité. Haïti n’en peut plus dans cette course effrénée de l’indignité couplée d’un amateurisme, d’une extrême gourmandise et d’une infamie si critique et honteuse. Et comme ces exploiteurs séculaires, voire plus que ces prédateurs, la vaillante et courageuse population est déterminée à braver tous les dangers. Lui opposer dans cette quête de lumière, de vérité et de justice serait penser détenir le pouvoir de demander à la mer de faire silence ou de calmer une tempête caribéenne.

Messieurs les falsificateurs, les imposteurs, les dilapidateurs et les bambocheurs, vous êtes dans l’œil d’un cyclone et au centre d’un séisme de haute magnitude quasiment transformé en tsunami, vous ne pouvez vous y échapper. Vos résistances et vos remontrances ne font qu’aggraver la situation en amplifiant et augmentant les litres de sang du peuple qui coulent en vain dans tous les coins et les recoins de la Capitale. Soyez intelligents en défendant une circonstance atténuante, en demandant de vous accompagner, par un dernier cortège officiel, aux destinations pénitentiaires impatientes de vous accueillir. Ce sont les règles du jeu. Vous fraudez, vous bluffez, vous usurpez, vous dilapidez ; donc, vous en connaissez les conséquences. Alea jacta est.

SUITE dans le lien



LE MONDE DU SUD – ELSIE NEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here