#AnbaDiktati – Mme François Duvalier – Par La loi de ma bouche

0
60

Lire les textes de Patricia Camilien c’est toujours un bonheur.                              Même quand  elle narre des histoires sinistres ,comme ici, qui disent le malheur d’Haïti. Le plaisir est dans le style léger et gracieux.

Qui sème la grâce récolte le respect.

Ce qui me fait penser à cette citation de Voltaire – un M.  qui, malgré  des écarts comme son soutien  à l’esclavage  au nom de la supériorité de la “race blanche”-  racisme qu’il remettra en question plus tard dans Candide fait partie de mes penseurs favoris. 

S’ils n’étaient que gracieux, les écrits de Patricia Camilien pourraient risquer de verser dans une sorte de maniérisme. Mais les informations qu’ils contiennent sont référencées. De sorte que nous sommes amenés à poursuivre une recherche personnelle.

 Ou pire encore, dans la production  de l’apologie du non-savoir, du zen, de l’ésotérisme, du radotage,  de grossières affabulations comme on le constate avec les dits marchands de micro ( quelqu’un sur le net les a dénommés revendeurs de micro, ce qui  n’est pas mal comme trouvaille).

Je pense au M.L Désir qui avait l’audace de déclarer à son micro que  c’était le respect et non la peur  qu’inspirait Duvalier F. aux Haïtiens.

Et j’en profite pour réitérer mon appel à la création d’une radio qui offrirait à des voix comme celle de Mme. Camilien l’opportunité de s’exprimer. N’oublions pas que nous sommes dans une société où l’orale domine.                                 

Ce serait le plus bel  hommage à rende au journaliste assassiné ,Jean Dominique et à la vaillante  population d’Haïti..

Et, que les marchands de micro ne s’y trompent pas. S’ils sont écoutés ce n’est pas pour la pertinence de leurs discours, mais parce qu’il est fondamental de se tenir au  courant des manoeuvres, ruses et pièges des ennemis de la nation. 

Ci-après le texte de La loi de ma bouche.                                                                                                

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

                                                         )                                                                                        

 

Le vendredi 7 février 1986, au petit jour, la veuve de François Duvalier, s’apprêtait à fermer à clé la porte de sa villa à Pacot et prendre la route de l’exil. Elle partait rejoindre son fils adoré – et cette femme qu’il avait épousée pour son malheur. Dieu seul sait, à quel point, elle détestait cette pimbêche. Et voilà qu’elle causait la chute d’une dynastie que feu le Dr Duvalier s’était donné tant de mal à créer.

Jean-Claude avait pourtant bien commencé. Il lisait sagement son texte. Il se fiait à Marie-Denise et au cabinet pour lui choisi et surtout, surtout, il écoutait sa maman. En cette époque bénie, Mama Doc dictait à son adolescent de Président à vie ce qu’il devait faire, où et comment. Elle était la Première Dame de la République, la Reine Mère, celle dont les faveurs faisaient et défaisaient les carrières. Quand le Docteur était en vie, elle était « le pouvoir derrière le trône » mais avec Jean-Claude elle aurait tout aussi bien pu être assise sur le trône. Dix ans de pur bonheur qui se termineront sur un mariage somptueux précipitant leur chute à tous.

Qui l’eût cru? Elle, Simone Ovide, enfant abandonnée, née à Léogâne d’une sordide affaire entre un intellectuel mulâtre [Jules Faine] et sa domestique illettrée, qui a réussi contre toute attente à devenir femme de médecin, femme de ministre, femme de dictateur et mère de dictateur. Elle, Simone Ovide Duvalier, se voir mettre de côté par une « mulâtresse » que son idiot de fils s’est mis en tête d’épouser. Belle révolution noiriste, que voilà! D’accord, il aime les peaux claires – comme son père, on dirait – mais fallait-il que ce soit celle-là? Il y avait bien eu l’autre. Une vraie mulâtresse en plus. Comment s’appelait-elle déjà? Jean-Claude lui avait même fait un enfant. En voilà une qui connaissait sa place. Mais non, il a fallu que Jean-Claude épouse cette femme hautaine, prétentieuse et vaniteuse.

SUITE  ICI



LE MONDE DU SUD – ELSIE NEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here