La gourde a chuté de 10% contre le dollar depuis janvier

0
109

En ce
qui concerne la relation entre la monnaie et la politique en Haïti, les choses
peuvent évoluer d’une crise monétaire à une crise politique et vice-versa. La
gourde haïtienne a chuté de 10% par rapport au dollar depuis janvier. Le
graphique ci-dessous montre une forte augmentation du dollar par rapport à la
gourde deux semaines avant les dix jours « lock ».

Au niveau national, deux problèmes majeurs font pression sur la gourde. Premièrement, nous avons des problèmes structurels auxquels le pays est confronté. Par exemple, outre le déficit chronique bien connu des échanges commerciaux d’Haïti, les difficultés de balance des paiements ont amené le pays à solliciter l’assistance du FMI. Au niveau macroéconomique, la Banque centrale est à court de munitions pour renforcer la monnaie alors que le pays est confronté à des problèmes de liquidités. Cela se reflète dans les interventions minimales de la Banque centrale sur le marché des changes à ce stade de l’exercice par rapport à l’année précédente.

Interventions monétaires (2017-2018)

Achat Vente
17-Oct  $    10,000,000.00  $    3,598,756.87
17-Nov  $    10,000,000.00  $    2,578,092.17
déc-17  –   $    3,885,853.54
janv-18  $    26,569,690.00  $    3,390,401.77
févr-18  $    2,087,451.35
mars-18  $    13,291,748.19  $    2,538,913.82
avr-18  $  55,736,088.47
Total   $    59,861,438.19  $  73,815,557.99

Interventions monétaires (2018-2019)

Achat Vente
18-Oct 3323601.11
18-Nov 1638840.98
déc-18 1108615.52
janv-19 1912434.58
févr-19 27000000 671394.61
mars-19 1028256.49 827345.95
avr-19
 Total   $  28,028,256.49  $  9,482,232.75

Deuxièmement, au milieu de l’exercice fiscal, le pays n’a toujours pas ratifié son budget. À la sortie de la récente crise de février, le gouvernement cherche à gagner du terrain sur le plan politique, mais ne montre pas que l’économie aura autant de priorités et que les réformes structurelles seront mises en œuvre de manière à aboutir à des solutions durables. Dans son récent accord avec le FMI, des objectifs mesurables ont été définis pour renforcer la lutte contre la corruption dans le but d’injecter plus de transparence dans la gestion des finances publiques, l’administration des impôts et des recettes ainsi que le contrôle des dépenses. Bien que cela ne suffisait pas, avant de recevoir un vote de censure, l’ancien Premier ministre, Céant, avait annoncé onze mesures visant à améliorer la gestion des finances publiques. Une question qui reste mystérieuse est de savoir comment le gouvernement utilisera les nouveaux budgets pour remédier sérieusement au manque de discipline budgétaire et pour mettre en œuvre les réformes structurelles grandement nécessaires pour atteindre une stabilité macroéconomique nécessaire à la croissance fondée sur la stabilité monétaire ?

Évolution du taux de change: Jan – avr 2019 (gourdes pour un dollar ÉU)

Au niveau micro, les gens ne sont pas convaincus que le pays se dirige dans la bonne direction sur les plans économique, politique et social. Les troubles politiques ont découragé les investissements privés et la pénurie de gaz n’aide pas la situation. Les ménages ressentent la pression économique alors que l’inflation continue à éroder leur pouvoir d’achat. En ce qui concerne le marché des changes, le volume des transactions a fortement chuté cette semaine. À la clôture ce jeudi, les transactions ont chuté de 37,76% pour les achats et de 36,10% pour les ventes.

Au
niveau international, de nombreux investisseurs avaient redéployé des fonds sur
le marché américain, plus stable, provenant de marchés émergents renforçant le
dollar. Cet enjeu est exacerbé par la dette extérieure élevée du pays, libellée
en dollars, qui absorbe une part importante du budget. Les projections du FMI
montrent que l’économie haïtienne est l’une de celles qui connaîtront la
croissance la plus lente. La croissance en Haïti devrait rester à 1,5% en 2019.
Bien que les perspectives pour de nombreux pays soient très difficiles, la
croissance de 1,5% est lamentable comparée à celle d’autres pays au même stade
de développement économique, qui devraient connaître une croissance trois fois
plus rapide, à un taux de 5% par an.

Le
pays a également été confronté à de graves problèmes de financement, la
tourmente politique ayant limité les actions visant à mettre en œuvre les
réformes fiscales nécessaires. Haïti est actuellement en pleine crise politique
et le nouveau Premier ministre doit encore s’établir et à démontrer sa capacité
à naviguer avec habileté dans ces contextes politiques difficiles d’Haïti. Il est
soumis à une pression énorme alors que l’insécurité et la violence des gangs se
propagent. À maintes reprises, au lendemain des crises, le gouvernement avait
la possibilité de s’attaquer de front aux problèmes structurels, sans y
parvenir. En conséquence, les problèmes qui ont conduit à ces crises restent
intacts alors que la situation économique se dégrade et que le cycle de crise
se répète. Enfin, le gouvernement n’a pas encore défini son propre plan de
performance économique. Les actions entreprises par le gouvernement sont
réactives à la dévaluation de la gourde. Ce que nous savons jusqu’à présent,
c’est l’accord avec le FMI, le prêteur en dernier ressort, qui montre que la
situation économique du pays est alarmante.



HAITI ECONOMIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here