« L’état fait face à une guérilla », se lamente Lapin – Rezo Nòdwès

0
39

Le premier ministre nommé et en poste (ad interim) a fait le dépôt de ses pièces au parlement dans une ambiance tendue marquée par le bruit assourdissant des armes automatiques des gangs dans les parages du Bicentenaire

Mardi 16 avril 2019 ((rezonodwes.com))– Mitraillé de questions sur la question des gangs armés ayant envahi les quartiers de la capitale et de certaines villes de Province, semant la terreur jusqu’aux abords de son bureau, le premier ministre ad interim, ministre démissionnaire et censuré de la culture et premier ministre nommé, Jean Michel Lapin, impassible, a déclaré mardi que le phénomène ne date pas d’aujourd’hui et qu’il a commencé depuis 1986.

Tout en reconnaissant la gravité de la situation, Lapin, chef du CSPN (Conseil Supérieur de la Police Nationale), a informé que cette structure a organisé une énieme réunion sur la situation, mais n’a pas pu renseigner sur les mesures qu’il allait prendre pour combattre la prolifération des gangs et contrer leurs actions.

« L’État fait face à une guérilla », a lâché le chef du gouvernement, pour se dédouaner, promettant que le pouvoir ne va pas rester les bras croisés.

Le Premier Ministre nommé, Jean Michel Lapin, se trouvait au parlement pour le dépôt de ses pièces en vue de la tenue d’une séance de ratification de sa politique générale alors que les parlementaires semblent plus intéressés aux festivités de la saison pascale dans leur circonscription respective.

Au même moment, les gangs faisaient en même temps retentir leurs armes automatiques aux alentours tout en mettant le feu au marché de la Croix des Bossales.

Cette situation de tension a créé une vive panique parmi les employés de l’institution parlementaire, dont certains se sont abrités afin de ne pas être touchés par une balle perdue.



REZO NODWES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here