Le Vatican à propos de la cathédrale de Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes – Rezo Nòdwès

0
157

« Tout ce qui est en plomb et en bois a été dévoré par les flammes, il ne reste que la pierre » a relaté Marie Malzac, journaliste La Croix, qui était sur place… Le Directeur par intérim de la Salle de Presse du Vatican s’est également exprimé dans la soirée

Cité du Vatican, lundi 15 avril 2019 ((rezonodwes.com))–«Le Saint-Siège a appris avec incrédulité et tristesse la nouvelle du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, symbole de la chrétienté, en France et dans le monde».

Peu avant 22h00, Alessandro Gisotti, Directeur par intérim de la Salle de Presse du Vatican, s’est exprimé sur les réseaux sociaux pour souligner la «solidarité» et la «proximité» du Saint-Siège avec les catholiques français et avec la population parisienne. «Nous prions pour les pompiers et pour tous ceux qui font leur possible pour faire face à cette situation dramatique».

Parti des toits peu avant 19h00, le feu s’est rapidement propagé à l’ensemble de l’édifice et la flèche s’est effondrée sur la nef, ainsi que les toitures, le transept et le chœur.

Les pompiers peinent à éteindre les flammes, situées à plusieurs
dizaines de mètres de haut et favorisées par le vent. Sur place, les
forces de l’ordre élargissent sans cesse le cordon de sécurité en raison
des risques d’effondrements.

Le porte-parole des évêques de France, Vincent Neymon a réagi: «Un haut-lieu de la foi catholique est en train de brûler». Mgr Michel Aupetit, archevêque de la capitale, est sur place.  

Emmanuel Macron, qui devait présenter ses mesures à l’issue du grand
débat, a reporté son allocution et doit se rendre sur place. Le
président de la République a annoncé sur Twitter qu’il partageait «l’émotion de toute une nation».

Les réactions internationales affluent : Donald Trump a tweeté : «C’est si terrible d’assister à ce gigantesque incendie à Notre-Dame de Paris.» Berlin a également fait part de son soutien, estimant que l’incendie « frappe aussi nos cœurs».

Marie Malzac, journaliste La Croix, sur place quai rive gauche, et jointe par téléphone lundi 15 avril, est bloquée dans le périmètre. Elle témoigne: «La partie avant du toit, derrière les deux tours de la cathédrale, s’est effondrée. Les flammes sont très hautes, les pompiers sont parvenus jusqu’au toit, sans rien maîtriser. Tout ce qui est en plomb et en bois a été dévoré par les flammes, il ne reste que la pierre, qui aura elle plus de mal à être détruite. Mais l’incendie ne donne aucun signe de faiblesse. Des milliers de badauds observent depuis les quais la scène, médusés et choqués, surtout les Parisiens».

Une Parisienne, que la journaliste de La Croix, Marie Malzac, a pu interroger, pense quant à elle, à tous les chefs d’œuvre que renferme la cathédrale. «Une scène surréaliste, il y a de la cendre partout, l’odeur de brûlé se sent très loin dans Paris.  La police ignore encore l’origine de l’incendie. L’incertitude règne

sources :Vatican News



REZO NODWES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here