Transfert des fonds du projet SYFAAH au FDI

0
60
La cérémonie de transfert des fonds du Système de Financement et d’Assurances Agricoles en Haïti (SYFAAH), qui arrive à terme ce 31 mars 2019, au FDI a lieu ce mercredi au Centre de convention de la BRH. Plusieurs personnalités dont le ministre de l’agriculture, les ambassadeurs du Canada et du Chili en Haïti, entre autres, y ont assisté.

Dans son discours de circonstances, le Gouverneur de la Banque Centrale n’a pas manqué d’exprimer ses satisfactions pour le travail accompli par l’institution qu’il dirige dans la mise sur pied de ce système de financement agricole qu’est le SYFAAH. En outre, il dit accueillir « favorablement le transfert du reliquat des fonds du SYFAAH ainsi que les transferts de compétences réalisés depuis quelques mois ».

Selon Jean Baden Dubois, l’engagement pris par la Banque Centrale de supporter ce projet porte sur un montant plafond de 5 milliards de gourdes par an. Ce montant englobe les 80 millions de gourdes de dividendes qu’elle verse au Ministère de l’Economie et des Finances, tous les ans en fonction d’une obligation légale.

Le Gouverneur a mis l’accent sur l’importance d’une telle initiative et promet d’œuvrer pour qu’elle soit pérenne, s’étende sur tout le territoire et s’élargisse à l’ensemble des filières porteuses du pays.

« Cet instrument a été éprouvé à travers une phase pilote du projet, pour la filière riz, dans le département de l’Artibonite. Il a donné des résultats probants. La couverture de risque qu’il offrait a poussé des institutions financières à élargir l’accès au crédit au bénéfice de petits producteurs. Le résultat était un WIN-WIN, à la fois pour les institutions financières et les débiteurs » a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter que « la commercialisation de l’assurance récolte implique comme préalable la mise sur pied d’un fonds de réserve, pour pallier l’absence de couverture de réassurance agricole en Haïti ». Un fonds qui pourra contribuer à permettre au portefeuille de crédit agricole d’atteindre une taille critique suffisante pour attiser l’appétit de réassureurs agricoles envers le marché haïtien.

Le responsable a également souligné l’importance de la collaboration entre le Ministère de l’agriculture, l’institution qu’il dirige et d’autres partenaires. « La BRH, dès le début, a toujours travaillé en synergie avec le Ministère de l’Agriculture, le SYFAAH et les autres acteurs institutionnels, dans la mise sur pied de l’écosystème requis pour le développement du financement agricole en Haïti » a-t-il expliqué.

Baden Dubois a, par ailleurs, donné la garantie que la BRH continuera de jouer son rôle dans le processus. « Elle (ndlr :la BRH) s’engage à rester proactive dans le processus, en jouant un rôle central dans la consolidation des mécanismes développés avec l’accompagnement du SYFAAH » a-t-il déclaré.

« Nous nous attèlerons donc à pérenniser ces acquis en vue de la mise en place, de manière structurante, d’un environnement institutionnel fiable pour soutenir le financement de l’agriculture » a-t-il promis.

Le Fonds de Développement et d’investissement (FDI), pour sa part, aura le support de la BRH. Cette institution que la Banque Centrale ambitionne de voir jouer un rôle clé dans l’expansion du financement agricole et agroindustriel du pays bénéficiera de plusieurs mesures d’accompagnement. Ce sont entre autres l’affectation, en permanence, d’un cadre de l’Unité d’Audit Interne de la BRH au FDI ; la supervision, sur place et sur pièces, du FDI ainsi que des appuis ponctuels axés sur la fourniture de supports techniques spécifiques.

Remerciant les différents acteurs (DID Desjardins, le staff du projet SYFAAH et son directeur, M. Charland, la Coopération Suisse) pour leurs contributions à ce projet, M. Dubois a invité l’État Central, les bailleurs bilatéraux et multilatéraux à financer ou à augmenter leurs financements *pour ce projet. Car, dit-il, c’est ainsi que l’agriculture pourra jouer son rôle de moteur de la croissance économique soutenue et durable du pays.

Le SYFAA est un système de financement agricole et de couverture des risques associés mis en place dans le but de relancer l’économie agricole et rurale, créer des emplois et améliorer la sécurité alimentaire. Il a été lancé en mai 2011 dans les départements de l’Ouest et de l’Artibonite.



JUNO7

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here