contrat de 10 jours signé à Boston pour cirer le banc local

0
67

On aime bien prendre et recevoir des nouvelles de légendes du jeu qui tentent de s’accrocher à l’arrière du train. Cela tombe bien, Greg Monroe a été aperçu dans les journaux ce weekend, et même sur les parquets ce dimanche. On vous raconte tout ça.

Que ceux qui aiment Greg Monroe lèvent la main ? Ok, ne vous bousculez pas trop non plus. Aujourd’hui, on doit vous parler de Gregory, le pivot des années 90 qui est clairement pas né à la bonne époque. Que de beaux souvenirs lors de son arrivée à Detroit il y a quasiment dix ans. Les intérieurs jouant dos au panier étaient encore à la mode, Joakim Noah était Défenseur de l’année, Tim Duncan et Zach Randolph se battaient au poste, la douce nostalgie. Dans ce joyeux bordel réservé aux grands et pas encore saccagé par un certain Stephen Curry, Monroe était un chouette pari. Le bonhomme nous claquait quand même une petite saison sophomore à 16 points, 10 rebonds et 3 passes de moyenne, ce qui faisait de lui un des bijoux de l’avenir dans le Michigan. La suite, malheureusement, on la connaît. Départ pour Milwaukee, mésentente sur le rôle à jouer, chute au niveau du temps de jeu, aucune adaptation dans l’approche du game, et hop ça sort de piste. Après un début de carrière intéressant, Greg ne peut plus du tout tenir sur les terrains, notamment à cause d’une défense qu’on jugera calamiteuse. Disons les choses clairement, Enes Kanter passe pour un pilier humain en comparaison. Ce n’est pourtant pas faute de tenter, Monroe est tout simplement paumé dans sa propre moitié de terrain, ce qui va considérablement bloquer sa carrière professionnelle. L’an passé, il fera même le tour de trois franchises, avec Milwaukee au départ, Phoenix au péage et Boston à l’arrivée.

Boston qui, en fait, a l’air d’apprécier les errements défensifs de Greg, puisque c’est une pige de 10 jours qui été offerte au géant velu. C’est Shams Charania de chez The Athletic qui a fait tourner l’info ce weekend, Monroe aura jusqu’à la fin de semaine pour montrer aux Celtics que leur quête en Playoffs devra clairement se faire en sa présence. Bon, pour le moment, on est surtout sur de la petite signature de fin de saison afin de s’assurer qu’Aron Baynes et Al Horford ne se ramènent pas claqués en post-season, mais sait-on jamais. Peut-être que Monroe a bossé sur son jeu comme son attitude, et qu’il pourra désormais aider plus régulièrement. Car on se marre, on taquine, mais offensivement Greg reste un doux monstre à la papatte gauche très utile. Balle au poste, pick and roll, pick and pop, on parlait de Kanter tout à l’heure, c’est le même genre d’un point de vue philosophique. Tu sais que tu vas prendre une valise de points chaque fois que ces gars seront dans ta raquette, et tu croises les doigts pour qu’ils en mettent autant derrière grâce à leur talent offensif. On espère donc revoir rapidement Greg avec le maillot vert sur les terrains, et qu’il prouve à Danny Ainge que le karma est ultra-positif en sa présence. Après tout, c’est en sa présence que les Celtics décimés de l’an dernier sont allés jusqu’en finale de conférence. Donc qui sait ?

Dix, douze, allez peut-être quinze minutes grand max offertes par Brad Stevens ? Greg Monroe va devoir être efficace et productif, sa fenêtre de tir est ouverte jusqu’à lundi prochain et ses premières minutes face aux Spurs sont déjà comptées.

Source : The Athletic



TRASH TALK NBA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here