Le FMI a conclu un accord avec Haïti sur un prêt de 229 millions de dollars

0
64

En réponse à une demande des autorités haïtiennes, une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Chris Walker s’est rendue à Port-au-Prince du 25 février au 8 mars 2019 pour discuter de l’appui du FMI aux mesures visant à réduire la pauvreté, encourager la bonne gouvernance, relancer la croissance et stabiliser la situation économique du pays. À la fin de la visite, M. Walker a publié la déclaration suivante:

Sur demande des autorités haïtiennes, une mission du Fonds Monétaire International, menée par M. Chris Walker, a visité Port-au-Prince du 25 février au 8 mars 2019 afin de discuter du soutien du FMI à des mesures pour alléger la pauvreté, encourager la bonne gouvernance, augmenter la croissance et stabiliser la situation économique du pays. À la fin de la visite, Mr. Walker a fait la déclaration suivante :

« Je suis heureux d’annoncer qu’en soutien au peuple haïtien, le FMI, le gouvernement haïtien et la Banque Centrale d’Haïti (Banque de la République d’Haïti (BRH)) sont arrivés à un accord au niveau des services du FMI sur un prêt concessionnel à Haïti de US$229 millions à 0 pourcent d’intérêt sur trois ans.

L’accord auquel nous sommes arrivés vise à aider Haïti à surmonter son état actuel de fragilité et à alléger la précarité des plus vulnérables. Nous avons placé la protection sociale fermement au cœur de l’accord et une fois les mesures dont nous avons convenu seront mises en œuvre avec succès, les plus pauvres d’Haïti seront les premiers à en bénéficier de façon tangible. 

Le programme fournit des fonds pour un ensemble de mesures de protection sociale allant de cantines scolaires et de transferts ciblés à des logements sociaux.

La priorité a aussi été accordée à la lutte contre la corruption et pour une meilleure gouvernance. Le FMI soutient l’objectif du gouvernement de réformer l’État. Dans cet accord, nous avons défini des cibles mesurables afin de renforcer ces réformes pour aller vers plus de transparence dans la gestion des finances publiques, l’administration des impôts et des revenus ainsi que le contrôle des dépenses.

Ce prêt vise à ramener Haïti à la stabilité macroéconomique en mettant son déficit sur une trajectoire décroissante et en gérant mieux sa dette, tout en protégeant les plus pauvres du pays. Ceci se fait dans le cadre de la Facilité Élargie de Crédit (FEC) qui permet l’octroi de prêts à des taux concessionnels. Ce prêt représente 100 pourcent de la quote-part d’Haïti au FMI et les fonds seront décaissés sur les trois ans du programme qui sera assujetti à des revues régulières du Conseil d’Administration et des services du FMI.

La visite a aussi couvert la consultation au titre de l’Article IV du FMI, ou son contrôle régulier de la santé de l’économie du pays. La croissance réelle demeure proche de sa moyenne des quatre dernières années de 1.5 pour cent. Le pays fait face à des contraintes sévères de financement alors que les troubles socio-politiques ont découragé l’investissement privé et ont limité l’action sur les réformes fiscales nécessaires.

Dans le cadre du programme, nous espérons que les contraintes financières seront assouplies afin de permettre une croissance plus rapide.

Nous, au FMI, sommes prêts à travailler en partenariat avec Haïti sur sa revitalisation économique. Nous encouragerons également d’autres agences multilatérales et partenaires bilatéraux à soutenir Haïti. Nous avons discuté avec les agences partenaires et elles sont prêtes à aider. Il serait également très utile que les partenaires bilatéraux d’Haïti apportent leurs contributions lors de ce moment critique.

La mission aimerait remercier les autorités et tous ceux qu’elle a rencontrés pour leur accueil chaleureux, et les discussions franches et constructives »

“Je suis heureux d’annoncer que, pour soutenir le
gouvernement et le peuple haïtiens, nous, le FMI, le gouvernement haïtien et la
Banque centrale d’Haïti (Banque de la République d’Haïti (BRH)) sommes parvenus
à une entente avec le personnel du FMI sur un prêt de 229 million de dollars à un
taux préférentiel de  0% sur trois ans.
Cet accord devra être approuvé par le Conseil d’administration du FMI, qui
devrait examiner la demande d’Haïti dans les prochaines semaines.

“L’accord auquel nous sommes parvenus vise à aider Haïti à
surmonter son état fragile actuel et à atténuer les difficultés des plus
vulnérables. Nous avons fermement placé la protection sociale au centre de
l’accord et, une fois que les mesures convenues auront été appliquées avec
succès, les plus pauvres d’Haïti seront parmi les premiers à en bénéficier de
manière tangible. Le programme prévoit des fonds pour diverses mesures de
protection sociale, allant de l’alimentation scolaire aux transferts en espèces
ciblés, en passant par des fonds destinés au logement social.

“La priorité a également été donnée à la lutte contre la
corruption et à l’amélioration de la gouvernance. Le FMI soutient l’objectif du
gouvernement de réforme de l’État. Dans son accord, il a défini des objectifs
mesurables pour renforcer cette lutte dans le but d’injecter une plus grande
transparence dans la gestion des finances publiques, l’administration des
impôts et des recettes ainsi que le contrôle des dépenses.

“Pour permettre à Haïti de retrouver la stabilité
macroéconomique, le prêt à Haïti représente 100% du quota et les fonds seront
versés sur les trois années du programme, qui est soumis à des examens
réguliers du Conseil d’administration et du personnel.

“Le prêt est offert dans le cadre de la facilité de crédit
élargie (FEC) du FMI, qui permet de prêter à des taux préférentiels et vise à
stabiliser l’économie haïtienne en faisant baisser son déficit budgétaire et en
gérant sa dette tout en protégeant les plus pauvres du pays.

“La visite comprenait également les consultations au titre
de l’article IV du FMI, ou son examen régulier de la santé de l’économie du
pays. La croissance réelle reste proche de sa moyenne sur quatre ans de 1,5%.
Le pays a été confronté à de graves problèmes de financement alors que les
turbulences politiques ont découragé les investissements privés et limité les
actions visant à mettre en œuvre les réformes budgétaires nécessaires.

“Dans le cadre du programme, nous nous attendons à ce que
les contraintes financières soient assouplies, permettant ainsi une croissance
plus rapide.

“Au FMI, nous sommes prêts à nous associer à Haïti pour sa
revitalisation économique. Nous encouragerons également les autres agences
multilatérales et les pays à soutenir le pays. Nous avons parlé à des agences
partenaires et elles sont disposées à aider. Il serait également très utile que
les partenaires bilatéraux d’Haïti fassent un pas en avant en cette période
critique.”

— IMF Communications Department



HAITI ECONOMIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here