Ca se passe en Europe : les thérapies pour guérir l’homosexualité en voie d’être interdites aux Pays-Bas

0
125

Les Pays-Bas vont-ils mettre fin à des pratiques d’un autre âge dans la société néerlandaise ? Bien qu’ayant été le premier pays au monde à autoriser le mariage homosexuel en 2001, les thérapies pour guérir de l’homosexualité restent monnaie courante dans le royaume. Une situation que viennent de dénoncer une association de médecins spécialisés dans l’adolescence et un parti politique progressiste appartenant à la coalition en place à La Haye.

Pour eux, il convient d’interdire par la loi ces thérapies au nom de la protection des adolescents. Ces pratiques thérapeutiques sujettes à caution sont le plus souvent préconisées par des associations religieuses de différentes croyances.

« Isolement et angoisse »

« Ces traitements suggèrent qu’une personne est malade », s’insurge Jeanne-Marie Hament, de l’association de médecins AJN Jeugdsartsen. « C’est non seulement discriminatoire, mais cela peut engendrer de l’isolement et de l’angoisse auprès des jeunes qui luttent avec leur orientation [sexuelle]. Cette forme de charlatanisme doit être interdite par la loi », plaide cette association.

Le parti démocrate D66 (centre-gauche) est sur la même longueur d’onde. « Les jeunes doivent pouvoir être complètement eux-mêmes alors que les thérapies de conversion homosexuelle vont à l’encontre de cela », a estimé la député Vera Bergkamp, dans une émission télévisée. « J’appelle le gouvernement à approfondir cette question afin de tout faire pour qu’une loi protège les jeunes contre ces pratiques », a-t-elle interpellé, appelant aussi à la tenue d’une enquête pour mieux mesurer l’ampleur de la situation.

Contrairement aux Pays-Bas, plusieurs pays européens disposent d’une loi interdisant ces thérapies de conversion. Malte a ouvert la voie en 2016, suivi depuis par l’Espagne et la Suisse. En Belgique et au Royaume-Uni, cette question fait débat. Aux Etats-Unis, une quinzaine d’Etats et des dizaines de villes interdisent ces pratiques décriées.

HAITI 24

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here