Rajon Rondo ne voit pas les Lakers rater les playoffs : “On a LeBron”

0
17

LeBron reste sur 13 campagnes de playoffs d’affilée dont huit finales NBA. Assez pour convaincre ses coéquipiers que l’échec n’est pas envisageable.

De retour cette nuit face aux Minnesota Timberwolves, Rajon Rondo a été performant. Pour preuve sa ligne de stats de qualité : 15 points, 13 passes, 6 rebonds et même 3 filoches longue distance. Pas suffisant néanmoins pour permettre aux Lakers de s’imposer. Une nouvelle défaite pour le franchise qui est désormais en dehors du top 8 à l’Ouest, avec les Sacramento Kings sur les talons.

Des contre-performances qui s’expliquent en grande partie par l’absence de LeBron James qui vient de rater son quinzième match consécutif. La plus longue série d’inactivité de toute sa carrière. Les Lakers perdent donc du terrain mais restent tout de même confiants en attendant le retour de leur superstar.

A lire également : La nouvelle technique de Rajon Rondo pour déconcentrer un adversaire

À commencer par l’ex meneur des Celtics et champion NBA 2008. Lorsqu’on lui évoque les chances de son équipe, ce dernier ne semble pas inquiété. La simple présence de LeBron dans l’effectif semble être un argument assez important pour ne pas échouer.

On a LeBron. Je ne sais pas quand est-ce qu’il a raté les playoffs pour la dernière fois.

La dernière fois c’était en 2005 avec les Cavaliers, dans sa saison sophomore. Depuis, même avec des effectifs parfois douteux, le King a toujours accompli sa mission. Certes, son impact sur un collectif est tel qu’il est dur d’imaginer les Lakers manquer les playoffs, même à l’Ouest. Mais le retour du King est sans cesse repoussé et les Lakers viennent de sortir du top 8. Il serait donc déconseillé d’être trop dépendant de James et de commencer à obtenir des résultats en son absence.

Pour rappel, en l’absence de LeBron, les Lakers affichent un bilan de 5-10, soit 33% de victoires. Bien maigre. Et quand on sait que des échéances très proches les verront affronter les Sixers, Clippers ou encore Warriors, son absence est plus que jamais regrettée.

Mais aussi : Paul George savoure sa vengeance

A propos de l’auteur



PARLONS BASKET

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here