Une rentrée parlementaire au goût aigrelet – Rezo Nòdwès

0
25

Dans ses fuites en avant, l’ex-PM Jack Guy Lafontant a fait enlever tout degré de crédibilité dans les interventions du Premier-ministre Jean-Henry Céant et du président Jovenel Moise annonçant pour octobre prochain la tenue d’élections « libres, honnêtes et démocratiques« 

un billet de la rédaction

Port-au-Prince, lundi 14 janvier 2019 ((rezonodwes.com))–C’est le seul pays dans le continent américain quand on parle d’élections, les autorités sont toujours promptes à ajouter les qualificatifs de « libres, honnêtes et démocratiques ». Pourtant, au départ, aucune disposition concrète n’est arrêtée pour les crédibiliser aux yeux des mandants.

Lundi au Parlement haïtien, après quelques tergiversations, la séance en Assemblée nationale a finalement eu lieu. Pour la troisième fois consécutive, un deuxième lundi de janvier, le Département de la Grande-Anse a toujours un siège vacant. Le CEP de Léopold Berlanger et de Uder Antoine, sous la présidence de Jovenel Moise, refuse de démontrer sa capacité à organiser une simple élection sénatoriale pour remplacer un seul élu « empêché« .

Jack Guy Lafontant, une voix officielle, a vendu la mèche. Plus personne ne viendra dorénavant croire que l’engouement du pouvoir à tenir des élections en octobre 2019, est une exigence constitutionnelle. Ces « élections« , laisse sous-entendre Dr. Lafontant, seront un passage obligé pour permettre à PHTK de garder le pouvoir beaucoup plus longtemps que les Duvalier l’ont fait. Ce serait plus simple pour le pouvoir de demander aux potentiels électeurs de se prononcer officiellement sur cette question par voie de plébiscite.

Trouver $68 millions pour des élections alors qu’une firme d’un inventeur haitiano-américain les évalue à coût réduit, et proclamation rapide des résultats fiables, c’est mettre le couteau sous la gorge des haïtiens quand ils assistent déjà à l’état de décrépitude de ce Parlement qui s’en va.

Qu’il s’agisse des interventions du Premier-ministre Jean-Henry Céant ou celles du président Jovenel Moise, aucun discours ne complète l’autre à leur analyse en profondeur.

Si Céant n’a fait que distribuer des bons points à ses ministres comme à « l’école des fans », et d’enjoliver son speech avec des répétitions et des « ...en cours ; nous sommes entrain... » comme bilan, quant au président de la République, il suffit d’aller réécouter le discours du 1er janvier délivré depuis les Gonaives, pour comprendre cette adresse du lundi après-midi à la Nation.

Jovenel Moise a insisté sur le dialogue alors que son ex-PM Lafontant annonce la pérennité de son pouvoir. Ce dialogue tant souhaité par M. Moise est lancé depuis novembre 2018. Pourtant le pouvoir n’a daigné à travers des consultations. annoncer sa décision d’aller condamner la réélection de Nicolas Maduro.

Cette rentrée parlementaire, au goût aigrelet, débutée après deux heures de retard, s’est refermée sur une incertitude de la capacité de ces hommes à se montrer à la hauteur de leurs taches. Et tout au moins, se montrer utiles. L’âge n’a rien à voir avec la maturité, c’est les expériences qui nous font grandir.

Après le vote de la loi des finances, ils se pencheront sur la loi électorale, leur loi, leur CEP, leur Dermalog et que s’accomplisse l’oracle que Jack, lui dans le secret des dieux, annonça longtemps.

Heureux celui qui croit sans avoir vu !



REZO NODWES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here