L’exploration pétrolière en Haïti relancée

0
399

Y a-t-il du pétrole dans le sous-sol haïtien ? Une question souvent posée dans le pays. En effet, des recherches d’exploration de gisement pétrolier sont annoncées par la société pétrolière et gazière haïtienne : Pétro Gaz-Haïti S.A.

L’île de la Tortue, le Plateau central, la plaine du Cul-de-Sac / le Golfe de la Gonâve, l’île de la Gonâve et la plaine des Cayes sont les cinq zones intéressent particulièrement la compagnie Pétro Gaz-Haïti dans le cadre des recherches exploratoires de pétrole dans le sous-sol haïtien. Plusieurs zones dans le pays disposent des indices d’existence du pétrole. « Le contexte géologique est favorable pour l’existence du pétrole en Haïti », a affirmé, ce mercredi 18 avril, le directeur général du Bureau des Mines et de l’Energie, Dieuseul Anglade, qui déplore le fait que depuis les années 70 la recherche pétrolière a été abandonnée en Haïti.

« Notre offre a été acceptée par le Bureau des Mines et de l’Energie », s’est félicité le P.D.G. de Pétro Gaz-Haïti, Fred Elusma, en ouverture de la journée de présentation technique de la compagnie pétrolière et gazière à la salle d’Horizon de l’hôtel Montana. Plusieurs techniciens expérimentés venus particulièrement de Trinidad ont montré la voie que la firme haïtienne va prendre lors de l’exploration du sous-sol du pays. Géologue pétrolier, ingénieur pétrolier et foreur, économiste-financier et environnementaliste, c’est toute une batterie de compétences et d’expertise qui sont mobilisées par la société pétrolière et gazière pour la quête de l’or noir dans les cinq zones citées plus haut.

Les techniciens de la compagnie créée en avril 2005 ont présenté à l’assistance une dizaine de roches asphaltées découvertes lors des recherches préliminaires dans les zones retenues pour l’exploration par la Pétro Gaz-Haïti. « Ce sont des indices d’existence du pétrole dans ces zones », a indiqué l’un des techniciens.

« J’ai trouvé des évidences en Haïti… J’ai des signes convaincants qu’il y a de l’hydrocarbure dans ce pays », a affirmé le géologue pétrolier de Trinidad, Edwin Sealy, qui a fait un exposé sur le thème « Nouvelle approche et analyse géologique suivant les rapports géologiques précédents sur Haïti ». Des recherches pétrolières ont été déjà effectuées en Haïti. Le Trinidadien, qui reste convaincu quant à l’existence de l’or noir dans le sous-sol haïtien, a indiqué que le premier forage en Haïti a eu lieu en 1945. « Aujourd’hui, le forage est une affaire coûteuse », a admis le géologue pétrolier, ajoutant que tout doit être fait pour réduire le coût de recherche.

Le directeur de la Pétro Gaz-Haïti, Pierre Yvon Beauboeuf, abonde dans le même sens que M. Sealy en ce qui a trait à la cherté de l’exploration pétrolière. « Une firme a besoin de 4 à 5 millions de dollars américains pour faire un forage pétrolier. Or, pour avoir un gisement, on aura besoin de plus d’une dizaine de forages », a estimé M. Beauboeuf. Même si les conditions externes d’existence du pétrole dans le pays sont réunies, le directeur adjoint indique que ce sont seulement les forages qui peuvent le confirmer.

« Plusieurs offres d’exploration du sous-sol haïtien ont été déjà refusées par le Bureau des Mines et de l’Energie à des compagnies étrangères », a indiqué le directeur dudit bureau, Dieuseul Anglade. « Pour avoir droit à l’exploration du sous-sol du pays, il faut que l’entreprise réponde aux exigences de l’Etat haïtien », a-t-il conclu.

Carlin Michel
michelcarlin@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here