Vertières: une épopée méconnue ou volontairement occultée

0
1567

La Bataille de ‪Vertières du ‪18 novembre 1803 est pour ‪Haïti la fin d’une longue guerre de libération qui a duré plus de 12 ans. Elle fut celle d’une Victoire, hors norme, d’une armée indigène sans véritable expérience militaire, contre la puissante armée napoléonienne (la plus grande armée du monde à l’époque) dont les Généraux étaient issus de la très réputée Ecole Militaire de Paris.

Vertières a été pendant longtemps méconnue ou volontairement occultée par les livres d’histoires françaises et du monde. La plupart des historiens français et autres ont préféré mettre l’accent sur la campagne de Russie, les batailles de Leipzig et Waterloo, les présentant comme les principales grandes défaites de l’armée de Napoléon. Mais aujourd’hui en 2016,  an  214ème année de la Bataille de Vertières, il est temps de rétablir la vérité historique : C’est  à Vertières que l’armée napoléonienne a connu sa première grande défaite, et cette défaite n’a pas été anodine. Loin de là !

Au contraire, elle fut lourde de conséquence. Car elle consacrait la perte de la plus riche et de la plus importante colonie française des Amériques, Saint-Domingue : le joyau de la métropole française a rompu le lien ombilical qui l’unissait à la France. La France perdait sa principale vache à lait. Plus tard, dans son exil à Sainte-Hélène,  l’Empereur déchu reconnaitra que la perte de Saint-Domingue fut le début de sa décadence et qu’il aurait mieux fallu tout faire pour garder cette colonie même si c’était par l’entremise de Toussaint Louverture. Dans ses mémoires Napoléon écrit et je cite : « L’affaire de Saint-Domingue est la plus grosse erreur que j’ai pu connaitre en administration. Elle a sonné le glas de la colonisation française. J’aurais dû gouverner toute l’ile par le truchement de cet homme [Toussaint Louverture] »

Vertières, la mal aimée, a tout aussi bien été oubliée pendant près de 90 ans par les Haïtiens qui ont préféré attacher beaucoup plus d’importance à la date du 29 novembre, date à laquelle les  derniers soldats français ont quitté l’ex-colonie devenue libre. En fait, ce n’est qu’à la fin du dix-neuvième siècle, à l’approche des cérémonies marquant le Centenaire de l’Indépendance qu’on a commencé à mettre l’accent sur l’épopée de Vertières. Et ce n’est qu’en 1954 que Vertières fut officiellement célébrée par le Président Paul E. Magloire.

Gifle contre l’ordre mondial établi, occultée, oubliée, qu’importe ! La bataille de Vertières reste une épopée immense des grands faits d’armes qui ont marqué l’Art de la Guerre. A Vertières, des anciens esclaves, sans véritable formation militaire, ont battu la puissante armée napoléonienne qui faisait trembler de peur l’Europe militaire. Autant dire une victoire du petit David contre Goliath.

 Vertières restera à jamais le symbole de la bravoure, de la perspicacité, de l’excellence, de la détermination indomptable de l’intelligence de l’Etre Noir. A nos Héros: ‪‎Dessalines, ‪Christophe, ‪‎Capois, ‪‎Pétion… Respect, Bravo et encore Respect!!!

Fernando ESTIME,
Politologue, Spécialiste des Relations Internationales
Directeur de Recherche à la Louverture Institute of Diplomacy and Global Affairs (LIDGA)
E-mail : fernandy19@hotmail.com /  fernando.estime@diplomatie.ht
www.facebook.com/estimefernando
www.twitter.com/fernandoestime

LAISSER UN COMMENTAIRE