De notre système judiciaire qui ne fonctionne pas, des élections truquées et extrêmement coûteuses, du leadership politique indigent qui se recycle, de notre écosystème porteur de stratégies tissées de mauvais arrangements aux projets incohérents à valeurs discriminantes, tout peut s’expliquer finalement par la corruption, l’impunité et l’incompétence de l’expertise au chevet d’Haïti.

L’ONU fait aujourd’hui figure d’une grande prostituée de service qui promeut pourtant des règles de bonnes mœurs et de vertus. Des institutions, peuplées pour une bonne part de fonctionnaires de petites vertus, dont certains sont souvent sans aucune éthique, sans aucune compétence à valeur ajoutée, dictent au monde des règles de droiture, de bonne gouvernance et d’état de droit. Et cela étonne encore quelques-uns que rien ne fonctionne nulle part où se trouve cette armée de fonctionnaires: c’est partout le même chaos, le même échec, la même indigence. C’est une machine qui ne vit que d’indigence : une vaste escroquerie ! Du Mali au Burundi, de la République du Congo Démocratique à la Côte d’ivoire, etc.

Même si la lâcheté des uns et la soumission des autres continueront de taire cette évidence et de promouvoir en Haïti la vertu des projets de développement sous l’égide de l’ONU, il y aura toujours des lanceurs d’alerte ici et ailleurs qui s’armeront de courage et de dignité pour sonner le glas et dénoncer cette culture de la corruption et de l’impunité qui structure l’indigence. Parmi ces lanceurs d’alerte, certains ont travaillé et travaillent encore pour les Nations Unies et certains ne désespèrent pas et continuent de croire encore aux valeurs de cette organisation. Même si la réalité est telle que ceux de l’intérieur finissent toujours par se faire expulser dès qu’ils commencent par questionner, interroger, par déranger. Car la machine bureaucratique Onusienne qui fabrique l’indigence et l’échec est devenue toute puissante et ne s’accommode plus de la critique et refuse toute autocritique.

Il est regrettable qu’en Haïti, il existe très peu de médias , très peu de professionnels , très peu d’organisations de la société civile, très peu d’éditorialistes, très peu de politiques capables de faire écho d’une même voix pour porter ce message. Message, au demeurant, si utile pour permettre de trouver de nouvelles voies pour mieux approprier notre destin. Au vrai, quand c’est le même argentier qui finance tout et quand c’est la précarité qui dicte les règles de survie, il est normal que tout le monde s’aligne sur le même modèle de l’indigence…

Heureusement que de temps à autre, des voix courageuses et dignes s’élèvent pour nous apporter une bouffée d’oxygène….. et nous faire croire, malgré tout, en une nouvelle utopie à réinventer…pour espérer des lendemains moins indigents que ceux qui se couvent dans les nuits électorales …d’ici et d’ailleurs.

Un livre à lire dont voici un résumé disponible à travers le lien http://lesobservateurs.ch/2016/11/03/lhallucinante-corruption-de-lonu/ 

LAISSER UN COMMENTAIRE