Haïti dépense plus pour évaluer ses élèves que pour les former

0
341

Il était une fois, une famille élargie qui avait 15 enfants. Non sans peine, elle arriva à scolariser 12 des enfants. Après des années de redoublements et d’abandons, 3 seulement finissent par atteindre la classe de rhéto. 2 y échouent et 1 finit par atteindre la classe dite de philosophie. Alors, toute la famille se réunit pour discuter des résultats de ses 3 bacheliers, dont on est si fiers, « élitisme » oblige. Par honte peut-être, ou fatalisme, personne n’ose aborder le sort des 12 autres enfants, en particulier les 9 autres laissés au bord de la route par le système éducatif.

Le cas de cette famille illustre plus ou moins la situation du pays tout entier. Alors qu’à peine 20% des enfants inscrits à l’école atteignent la classe de rhéto, tout le focus est mis sur les deux dernières années du secondaire.

En 2014, plus de 500 millions de gourdes étaient prévus, comme dépenses directes pour les 4 examens officiels. Le baccalauréat représente plus de 75% de ce montant tandis que bon nombre d’enseignants accumulaient des arriéré de salaires, déjà très bas. Il faut savoir que, dès le mois de janvier, toute la machine du MENFP est mobilisée pour réaliser cette opération qui représente la plus importante activité de ce ministère, incluant tous les coûts indirects. Sans compter les dépenses additionnelles des parents, notamment pour habiller ces bacheliers, tirés à 4 épingles pour la circonstance. Conclusion, de tout temps, on dépense plus pour évaluer un élève du bac que le montant investi pour sa formation pendant l’année de son évaluation. D’où cette décision qui exigeait que les enfants fassent leurs examens avec leurs uniformes de tous les jours. Des milliers d’enseignants (2 967) avaient fini par être payés entre 2014-2015 grâce aux économies de la réforme des examens officiels. Finalement, que peut-on attendre d’un système qui dépense si peu dans la formation des enseignants et leurs conditions de travail ?

Lire la suite sur Le Nouvelliste

LAISSER UN COMMENTAIRE