Hausse des prix des produits pétroliers, le gouvernement promet des bons d’achat

0
1990

L’augmentation sera effective le dimanche 21 août. La gazoline passera de 189 gourdes à 219 gourdes, le diesel passera de 149 à 179 gourdes et le kérosène de 148 à 173 gourdes. Le ministre de l’Économie et des Finances qui a confirmé, vendredi, pour Le Nouvelliste cette augmentation, explique que le gouvernement entend se mettre au même niveau avec les prix appliqués en République dominicaine et dégager des fonds pour améliorer les conditions de vie des plus vulnérables de la population.

Une augmentation de l’ordre de 30 gourdes sur la gazoline, 30 gourdes sur le diesel et 25 gourdes sur le kérosène. Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation, a avancé Yves Romain Bastien joint au téléphone par Le Nouvelliste. « D’abord, la différence de prix entre Haïti et la République dominicaine. Des centaines de camions en provenance de la République dominicaine et des particuliers viennent s’approvisionner en Haïti. C’est la population haïtienne qui paie ce prix. Ensuite, il y a la dépréciation de la gourde par rapport au dollar. Cela a des conséquences sur notre capacité à acheter la quantité de pétrole nécessaire pour l’économie », a expliqué le ministre de l’Économie et des Finances.

Il n’y a pas que ces raisons qui poussent le gouvernement à augmenter les prix des produits pétroliers. Selon Yves Romain Bastien, les prix ont augmenté sur le marché international. Il a reconnu que l’État haïtien, depuis six à sept ans, n’a pas respecté la fluctuation des prix sur le marché international. « On n’a pas su le faire, maintenant on paie les conséquences. L’État se retrouve avec des manques à gagner d’environ 2,5 milliards de gourdes seulement pour cet exercice », a-t-il dit.

« De 2010 à 2016, l’État haïtien a perdu autour de 30 milliards de gourdes. Ce qui représente le quart de son budget », a déploré le grand argentier de l’État. « Comment maintenant concilier les besoins des plus nécessiteux et, les camions des Dominicains qui rentrent sur le territoire pour s’approvisionner ? L’ajustement des prix à la pompe un moyen que nous avons pour créer le minimum d’équilibre et mettre les ressources que nous allons capter au service des couches les plus nécessiteuses du pays », a-t-il dit.

Yves Romain Bastien a confié au Nouvelliste que le gouvernement va donner à 100 000 familles à travers le pays des bons d’achat d’une valeur de 5 000 gourdes, et ce à partir de la semaine prochaine. Ensuite, a-t-il ajouté, pour la rentrée des classes, il y aura des kits scolaires…

Selon le ministre, le pays se retrouve dans une situation économique difficile. La communauté internationale, s’est-il plaint, a décidé de ne donner aucun appui budgétaire au gouvernement ni de financer les élections. Le ministre des Finances le voit comme une sorte de sanction. Ceci, a-t-il dit, représente un manque à gagner d’environ 100 millions de dollars.

Yves Romain Bastien a souligné qu’avant d’augmenter les prix des produits pétroliers, le gouvernement en avait discuté avec les syndicats concernés, les responsables de l’ANADIPP, entre autres.

Cependant, contacté vendredi soir par Le Nouvelliste, Changeux Méhu de l’APCH a fait savoir au journal qu’il n’était pas au courant de cette décision. « Avant de me prononcer sur le dossier, je dois avoir d’abord les explications du gouvernement », a-t-il dit, joint au téléphone.

Le ministre de l’Économie a dit compter sur la presse pour aider la population à comprendre le bien-fondé de cette hausse sur les prix des produits pétroliers. Il a rappelé que le gouvernement Jean-Charles a été ratifié par le Parlement et jouit donc d’une légitimité. « Le gouvernement n’est pas provisoire, il a eu l’approbation du Parlement. C’est une décision que nous avions à prendre parce que c’était important pour Haïti de le faire », a-t-il soutenu.

Le Nouvelliste

LAISSER UN COMMENTAIRE