État de droit en fin de cycle ou le temps des charognards

0
258

Certaines réflexions sur la conjoncture haïtienne témoignent qu’il y a encore quelques esprits critiques haïtiens qui échappent au fumier de l’imposture qui nous oriente sans cesse sur ces sentiers cahoteux que les architectes de l’urgence et de l’escroquerie internationale dessinent sur leur planche d’échecs. Cependant force est de constater que malgré  l’intelligence et la perspicacité revendiquées par certains groupes, secteurs et certaines individualités dans leurs analyses, Haiti brille d’obscurité.

Ce constat m’avait fait rebondir récemment sur une réflexion dans le fil pour expliquer que si la bêtise n’arrivait pas à mourir en Haïti, c’est simplement parce que le fumier qui lui sert de revivifiant est fécond et fertile. Dans mon analyse je m’étais cantonné à des généralités sur la dynamique sociale haïtienne qui, à travers le temps, a toujours été animée par l’imposture, l’irresponsabilité et l’impunité. Je n’ai pas pu cependant contextualiser mon analyse par des exemples concrets pour montrer combien chaque groupe et chaque acteur ont su jouer à la perfection leur rôle pour nous permettre d’être là à contempler notre œuvre d’art : la bêtise !

Celle que nous avons chanté allègrement pendant les années « 100 % KK » allant même jusqu’à nous y associer sans pudeur « Nou tout se Martelly »…Bêtise que nous nous apprêtons déjà à célébrer dès le carnaval de 2016. Bêtise que certains médias, au nom de leur vision de merde et de leur rosâtre objectivité (comme toujours subventionnée) ont commencé à nous gaver de quelques refrains. Une fois de plus l’obscénité du maitre charognard sera célébrée et nous fera danser. Faut-il rappeler que c’est dans cette obscénité que l’Église Catholique l’avait invité, en 2011, à puiser “l’essence de la vertu et de la sagesse” pour diriger le pays.

Mais permettez que je revienne à nouveau rappeler les chemins que nous avons empruntés pour creuser ces abysses dans lesquelles nous enterrons le destin de tout un peuple. Au vrai, l’arrogance du pouvoir « têt kalé » et de ses alliés objectifs se justifie en grande partie par la pestilence de toute la société haïtienne. Car tous les acteurs économiques, politiques, culturels et sociaux haitiens sont financés par les mêmes agences qui sont derrière la bêtise électorale haïtienne.

Médias, partis politiques, secteurs privés, société civile, organisme de droits humains, association professionnelle, mouvements étudiants, groupes socio-culturels et j’en passe ont tous le même donneur d’ordre. Dans leur grande majorité, ils reçoivent tous leur stratégie d’action et leurs ressources d’opérationnalisation des mêmes marchands d’horreur. Alors comment serait-il possible d’avoir autre chose que cette puanteur qu’on veut accrocher à notre face ? Comment peut-on oser croire qu’un autre projet puisse émerger, quand ce sont les mêmes bailleurs qui financent toutes les activités du pays ? Comment peut-on croire que ce qu’il reste du Sénat osera s’opposer à la rentrée parlementaire du 11 janvier quand ils sont tous les pantins des diverses factions de la Communauté Internationale ?

Evidemment, le contexte mondial s’y prête aussi. Car partout la démocratie recule, permettant à la fange humaine qui vit de pourritures de prendre le dessus. Essoufflés, martyrisés, égorgés, humiliés par les chantres du libéralisme au service du capital et du profit, les peuples accusent un reflux dans leur lutte pour le progrès. Vous n’avez qu’à regarder ce que les fonctionnaires de l’ONU et les stratèges des puissances occidentales ont réalisé en Palestine, en Libye, en Syrie, au Burundi, au Nigéria et partout ailleurs et vous comprendrez que ce n’est que le commencement d’un autre cycle.

Et oui, ce qui nous arrive n’est pas un simple hasard. Les modèles d’affaires de la démocratie, de l’état de droit, de la justice, qui ont permis aux fonctionnaires de l’ONU, de l’UE, du PNUD et d’autres agences internationales de s’enrichir en uniformisant les échecs à travers le monde, sont en fin de cycle. Comme en tout commerce, les produits qui ont atteint leur maturité connaissent un déclin et doivent être remplacés. Du coup c’est le retour des charognards aux affaires mondiales. C’est une nouvelle nuit qui s’abat sur l’humanité….et évidemment cette obscurité est plus épaisse en Haiti en raison de l’activation permanente du fumier qui avait déjà tout noircit même par beau temps.

Il n’empêche que cette situation révolte ceux et celles dont les cris de colère constituent la seule bouffée de fraicheur qu’on peut encore exhaler en haiti. Aussi, il importe de comprendre que les hommes et les femmes qui sont pauvres en intelligence, en dignité et en honneur sont toujours extrêmement riches en arrogance, en duplicité et en fourberie. C’est à cela même qu’on les reconnaisse. C’est la marque de leur réussite. Regardez le visage de ceux et celles qui réussissent en Haïti dans la politique, dans les affaires, dans les médias …et même dans les églises, vous verrez sur leur front la marque de la fourberie et de l’indignité. Trichez, mentez, volez, il en sortira toujours un profit. Et quand par moments le système faiblit, chaque secteur est appelé à des moments précis pour venir apporter le souffle qui permet au cycle de la bêtise de durer. Vous n’avez qu’à observer tous les acteurs qui ont été utilisés pour permettre au pouvoir de survivre à ses contradictions:

  • Tantôt les partis politiques, chacun son tour : Fusion, OPL et même Lavalas pourtant farouche ennemi soi-disant du régime.
  • Tantôt les églises, chacune son tour : Les catholiques toujours en première loge, les protestants et les vodouisants. Chacune au bon moment.
  • Tantôt les personnalités influentes des pouvoirs publics et notamment du Sénat et de la Justice, chacune son tour qui par naïveté, qui par incohérence, qui par intérêt mesquin, qui par calcul politique, qui par affinité de mauvais commerce.
  • Tantôt les associations de la société civile et les associations professionnelles.

[quote_center]Les hommes et les femmes qui sont pauvres en intelligence, en dignité et en honneur sont toujours extrêmement riches en arrogance, en duplicité et en fourberie. C’est à cela même qu’on les reconnaisse. C’est la marque de leur réussite. Regardez le visage de ceux et celles qui réussissent en Haïti dans la politique, dans les affaires, dans les médias …et même dans les églises, vous verrez sur leur front la marque de la fourberie et de l’indignité.[/quote_center]

C’est ce ferment qui est mis à contribution de manière récurrente par une partie de la communauté internationale qui, d’ailleurs pour des raisons d’affinité, préfèrent le fructifier au lieu de le combattre. Car pour que l’expertise de rabais et la stratégie d’escroquerie mobilisées par leur projet perdurent, il faut qu’Haiti soit dysfonctionnelle. Car plus Haiti va mal, plus elle aura besoin d’assistance. Et comme les Haïtiens s’accommodent de tout, même du pire, alors l’expertise internationale de rabais trouve un marché fructueux pour s’écouler. Vous n’avez qu’à voir les résultats de la Mission de Stabilisation des Nations Unies en Haïti sur nos institutions depuis 11 ans pour comprendre l’évidence de ce que je dis.

Mais pour combien de temps ? Tout dépendra de l’intelligence des générations futures, tout dépendra de l’intensité du flambeau que nous laisserons allumer pour éclairer leur voie, tout dépendra de ce que nous leur lèguerons comme héritage dans la nécessaire transmission générationnelle combien improbable en Haïti. Tout dépendra aussi du contexte mondial.

Certains me trouveront sans doute insolent. D’autres par des voies détournées ont déjà essayé de me le faire comprendre. Mais je l’assume, car tout en moi se révolte et s’indigne contre cette bêtise. Car pour moi la vie devait être un foyer de dignité où chacun serait un lien et une ressource pour l’humanité. Un lien pour se retrouver, s’entremêler et se structurer pour agir collectivement. Une ressource pour laisser les autres se désaltérer et s’abreuver tout en profitant de l’expérience des autres et en partageant le siennes.

Voilà le sentiment qui anime et traverse mes lectures, mes passions, mes projets…..vous comprendrez alors pourquoi je m’accommode si mal de cette puanteur…Vous comprendrez pourquoi malgré la lucidité de mes réflexions, vous n’en trouverez pas écho dans la grande majorité des médias haitiens. Vous comprendrez aussi pourquoi les services de qualité que j’offre, en tant que professionnel de l’informatique décisionnelle, pour structurer, outiller et préparer le management de la décision à l’exercice de ses responsabilités n’intéressent aucunement les entreprises haïtiennes et les institutions publiques ….Et c’est pourquoi je gueule avec tant d’insolence.

Du reste, pour moi l’insolence n’est pas un crime quand elle vise l’excellence. Mais ce sera difficile à expliquer et encore plus difficile à certains de comprendre. Car si on n’est pas digne on ne peut pas s’indigner……et du coup toute indignation exprimée fortement sera signe d’une certaine insolence.

Mais c’est cette insolence qui rend possible d’autres ailleurs. Ces ailleurs que ceux-là même qui méprisent et insultent la dignité humaine en Haiti construisent chez eux pour leurs enfants, et que par ironie certains d’entre nous font tout pour aller visiter ou donnent tout pour y résider. Et oui, qu’ils sont attractifs, ces ailleurs où les gens font une fête à l’intelligence, à la vie et à la dignité ! Qu’ils nous attirent ces ailleurs qui vibrent et se dynamisent au nom du collectif et permettent de réussir et de devenir pour certains immortels ! Et oui qu’ils sont égalitaires ces ailleurs, où malgré la part de bêtise humaine, qui est toujours tapie quelque part, la lumière finit toujours par faire fuir l’obscurité ! Alors que chez nous c’est la puissance de l’obscurité qui fait fuir la lumière.

Mais pourquoi notre intelligence collective ne peut pas inventer les mêmes rêves, épouser les mêmes valeurs pour transformer Haïti en un autre ailleurs ? C’est tout simplement parce que nous ne sommes pas intelligents. Nous sommes simplement des coquins, des êtres fourbes et rusés qui veulent toujours duper les autres. C’est la ruse que nous appelons intelligence. C’est si vrai que même nos contes populaires ne racontent et célèbrent que l’escroquerie et la fourberie à travers Bouqui et Malice. Voilà pourquoi bacheliers, universitaires ne pensent qu’à tricher pur reussir….et dans la vraie vie ce n’est que normal que le réflexe perdure.

Mon insolence est donc à la hauteur de l’indignité quotidienne que les puissants et les médiocres imposent à Haiti par l’imposture, la fourberie et l’opportunisme des uns et des autres. Oui je revendique mon insolence car dans ce décor …vivre est une insulte à la vie. Car si la vie est expression d’une certaine dignité, l’arrogance de la bêtise en œuvre en Haïti la rend trop lente et trop longue à supporter. Et tout homme digne devait être prêt à s’enflammer d’intelligence et de dignité à la première étincelle…..

Pour autant, je crois que c’est la dernière fois que j’interviendrai publiquement sur des sujets d’éthique publique vu que quelque part nous sommes pour longtemps encore embarqués dans cette logique qui privilégie “les mauvais arrangements au mauvais procès“. Vu les intimidations qui commencent par se faire grandissantes pour me contraindre au silence, je vais choisir  de m’exprimer autrement et de résister plus intelligemment à la bêtise, à cet enlisement dans la puanteur, à cette célébration médiatique des vertus négatives portées par les forces « mortes » de cette époque….

À ceux qui rêvent encore de changer Haïti, je souhaite du courage
Dans l’obstination de vouloir raisonner « cette république
De chiens couchants » comme l’a judicieusement précisé Alain Louis Hall.
Je vous souhaite de la dignité à n’en plus finir et l’envie furieuse d’être authentique.
Je vous souhaite aussi des colères inter-dites pour bousculer l’arrogance.
Je vous souhaite des printemps et des fleurs pour colorier cette saison pâle
Je vous souhaite de l’insolence pour ne pas reculer devant la pestilence……
Et surtout je vous souhaite du cœur à l’ouvrage

Puissent venir des temps et des hommes meilleurs pour une Haiti meilleure!
En ce temps de commémoration de la tragédie du 12 janvier 2010
Puisse Haiti ne pas rester cette part oubliée
Et livrée à l’appétit des charognards qui morcellent et dépècent l’humanité

Respectueusement

Erno Renoncourt
10 janvier 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE