Au nom de notre humanité (Erno Renoncourt)

0
225

De la terreur aux dysfonctionnements

Le monde traverse des moments particulièrement éprouvants. Ailleurs, des territoires appartenant à des pays, jadis très riches, sont sous la coupe réglée de fanatiques qui veulent imposer à l’humanité leur intolérance. Incidemment, des mains ont œuvré pour briser leur rêve de peuple libre. Depuis, le désespoir hante leur fondement religieux qui bascule dans le fanatisme et l’intégrisme. Agilement, d’autres mains ou les mêmes, ravivent ce brasier en y jetant armes, munitions et experts militaires comme tuteurs de guerre. Le tout dans un dessein pervers de les dresser en hordes barbares contre d’autres pays dans la course effrénée pour dépecer la planète. Ainsi, la terreur, mère des horreurs, est entretenue au nom de la sainte doctrine du profit.

Pourtant, l’horreur n’est pas que le fait des vies mutilées au hasard  des bombes ou ciblées par des fusils d’assaut. L’horreur est multiforme et est aussi celui :

  • Des destins brisés par des dysfonctionnements et des chaos structurellement ajustés
  • Des vies violentées par la misère générée par des projets économiques et sociaux incohérents
  • Des farces électorales qui violent le droit des peuples à l’autodétermination
  • Des ingérences flagrantes par des diplomates qui, n’ayant aucune retenue, se donnent tous les pouvoirs pour humilier les peuples cherchant à vivre dignement.

De 2010 à 2015 la même farce électorale

En 2010, les résultats des élections haïtiennes ont été trafiqués pour imposer un projet politique conforme aux intérêts des oligarques. Il s’en est résulté 5 ans de crises institutionnelles amplifiant une instabilité politique et une détresse économique et sociale dans un pays auparavant dépecé par la gestion douteuse des fonds de la reconstruction par les ONG. L’état de droit est devenu un état de passe-droit. La croissance n’a servi qu’à accroitre la fortune personnelle des proches du pouvoir  tandis que parallèlement la misère fait voler en éclats la structure des classes moyennes. Objectivement, rien ne fonctionne dans ce pays. Seul un certain type de business prospère :

  • Celui des ONG qui mobilisent des fonds au nom des dysfonctionnements toujours grandissants car savamment entretenus
  • Celui des trafics mafieux et autres délits financiers que la justice pénale haïtienne ne poursuit pas ou laisse impunis. Car ici ce sont les pauvres qui alimentent l’autre business florissant appelé détention préventive.

Pendant 5 ans, l’ONU et le CORE GROUP ont soutenu à bout de bras, un gouvernement qui a systématiquement méprisé les institutions, foulé aux pieds la constitution et ignoré toutes les échéances électorales.

Et c’est fort de la « réussite » de la forfaiture de 2010 qu’ils veulent aujourd’hui récidivé en torpillant à nouveau le processus électoral. Aussi, Haiti, par ma voix de citoyen indigné parmi tant d’autres, en appelle à la solidarité du  monde pour  briser cet isolement profitable aux experts du chaos qui sont à l’œuvre, ici, depuis un moment déjà.

Et pour quels résultats ? Un déficit de leadership national. Un processus électoral pris en otage par des acteurs qui détournent systématiquement le jeu démocratique à leur profit.

Haiti a donc plus que jamais besoin du regard du monde pour raviver l’espoir et éclairer sa voie vers un destin de nation digne et fière. Ce n’est pas d’assistance humanitaire qu’il nous faut. C’est surtout d’accompagnement vers l’appropriation, la maitrise des outils et des processus qui garantissent un changement soutenable. Il est ainsi vital que le monde entier sache que :

  • les principes universels faits d’élections transparentes, crédibles et équitables ne sont jamais respectés ici
  • les règles du jeu démocratique sont systématiquement violées par des diplomates qui interviennent ouvertement pour supporter depuis 30 ans au moins toutes les actions qui «déstabilisent » Haïti.

Ce message est un cri de colère et de dignité lancé au monde entier pour que l’horizon démocratique haïtien ne s’obscurcit pas sous la cendre épaisse provenant de l’immense fumier qui couve  et enfume l’espoir ici et partout ailleurs. Faisons briller l’étincelle du flambeau de la dignité pour qu’Haiti espère et renaisse.

Toutes les horreurs, douleurs et injustices du monde sont reliées par un même fil tissé par les mêmes briseurs de rêves, les mêmes marchands d’armes, les mêmes torpilleurs d’élections honnêtes et transparentes, les mêmes dépeceurs et agents de la déstabilisation.

S’émouvoir des attentats de Paris, pleurer les victimes des actes de terreur de Tunis et du Sinaï ou d’ailleurs tout en se détournant du viol systématique de la dignité humaine et de la multiplication des projets fumeux qui renforcent les dysfonctionnements institutionnels en haiti, relève d’une monstrueuse hypocrisie.

Du reste, c’est le même acteur qui agit là-bas et ici. Ce sont les mêmes forces obscures qui travaillent à aliéner la liberté et la dignité, à déstabiliser, par la terreur, des populations entières et à arracher des vies innocentes à leur famille. Le tout, pour gommer, au nom du profit, l’espérance d’une humanité ivre de tolérance, de diversité, de dignité, de fierté et de solidarité.

Flamber de colère

Partout où la bêtise humaine domine au nom du profit, terrorise au nom de l’intolérance, déstabilise au nom d’intérêts géopolitiques, il faut flamber de colères inter-dites pour illuminer des espaces intelligents d’émotion et de solidarité. C’est seulement ainsi que notre humanité sera magnifiée comme la seule force capable de nous unir par-delà la diversité et comme la seule source capable de nous dicter des émotions faites de joie ou de douleur, d’espérance ou de révolte. Au nom de cette humanité, faisons retentir l’écho de ce sursaut de colère et de dignité qui nous habite. Car comme l’a dit Philippe Meirieu: «un seul geste, aussi minime soit-il, peut, contre tous les fatalismes, contribuer à nous sauver de la barbarie» et nous rapprocher de notre humanité.

Erno Renoncourt
18 novembre 2015

LAISSER UN COMMENTAIRE