Poutine: où était-il ?

0
195

Après tout ce qu’on a entendu sur cette absence de sept jours de Vladimir Poutine, j’ai à ce sujet ma petite idée qui peut en surprendre plusieurs. C’est d’ailleurs tout à son honneur que soient entourées de discrétion certaines activités qui sont des moments forts de ressourcement spirituel et de prière avec les moines. L’an dernier à pareille date, plus précisément en avril, il s’était rendu au monastère de Valam pour y prier et y consulter les moines.

Il est intéressant de constater que cette démarche, réalisée dans la plus grande discrétion, n’a aucune prétention d’utiliser ou de promouvoir la religion à des fins politiques. Une attitude qui contraste beaucoup d’avec plusieurs de nos dirigeants politiques qui sont à la recherche des princes de l’Église pour s’en faire des amis et des alliés à des fins politiques. Les rencontres avec le Pape sont recherchées et lorsqu’elles se produisent, la presse internationale est là pour les répercuter au vu et au su du monde entier.

En l’an 2000, lors de sa visite au monastère, il avait écrit dans le livre des visiteurs :

La renaissance de la Russie et la croissance de sa puissance sont indissociables du renforcement des bases morales de la société. Le rôle et le sens de l’Église Orthodoxe à ce titre est immense. Que Dieu vous protège”.

L’année dernière, cité cette fois par un moine du monastère, Poutine aurait eu ces paroles : « Je ne connais pas d’endroit aussi lumineux où on peut oublier les problèmes de la vie quotidienne, se concentrer sur l’essentiel de notre vie et diriger notre regard vers le Seigneur, source de tout, pour lui demander miséricorde pour soi-même et tous les êtres qui nous sont chers, pour notre paix et pour notre peuple. »

Un témoignage qui a de quoi faire réfléchir tout l’Occident qui se dit chrétien devant les caméras et dans les grandes manifestations religieuses tout en se faisant guerrier pour dominer et conquérir.

Je vous réfère, en plus de celle déjà donnée plus haut, aux multiples références que vous trouverez ici.

C’est donc sur la base de cette tradition, chez Vladimir Poutine, de se retirer dans un lieu où la seule influence qui existe est celle du Seigneur que je prétends qu’il est allé là pour faire le point sur lui-même et sur les énormes responsabilités que sont les siennes.

Il n’est pas du genre à agir sous le coup de la colère ou de la vengeance ou d’ambitions personnelles. Dans les références que vous lirez, vous verrez que chaque fois qu’il y a de grandes décisions à prendre, il se réfugie auprès des moines dans ce monastère, loin de tout.

Les vraies décisions porteuses d’humanité se prennent à la lumière d’une conscience libérée et ouverte à l’Éternel.

Voilà un côté caché de ce grand homme qui a rejoint les rangs de ceux qui peuvent faire toute la différence entre une humanité anéantie et une humanité libérée de toutes ces forces destructrices.

Oscar Fortin

LAISSER UN COMMENTAIRE