État islamique : les musulmans, premières victimes des terroristes

0
127

Le sort horrible réservé par Daesh au pilote jordanien en a été la démonstration la plus barbare. Pour les terroristes de l’État islamique, le fait d’être musulman n’incite pas à plus de clémence. La haine de l’autre n‘a pas de limite.

N’en déplaise à ceux qui voudraient voir se dessiner dans le chaos du monde une guerre de civilisations entre l’occident chrétien et le monde arabo-musulman : Daesh n’exécute pas que des chrétiens ou des yazidis. Leurs premières victimes sont musulmanes. Les rapports de l’ONG Human Right Watch sont une litanie de crimes commis par les membres de l’EI. Comme dans toute folie, leurs auteurs trouvent une justification, une explication soit disant logique et religieuse.

Les Yazidis, communauté ancestrale du nord de l’Irak et de la Syrie sont pourchassés “comme le diable”. Leur culte, antérieur à l’islam, est monothéiste. Au fil des siècles, il a mélangé le zoroastrisme iranien avec du soufisme, des traditions locales kurdes et une identité et des structures sociales très fortes qui ont rendu ce peuple imperméable à la grande vague d’islamisation de la région après la mort du prophète Mahomet. Dans leur délire aveuglant, les jiadistes de Daesh donnent donc le choix entre la mort ou la conversion, viole les femmes et les jeunes filles et crucifie ou enterre encore vivants les enfants des familles qui ont refusé de se convertir. Idem pour les chrétiens. Dans la région d’Erbil, d’Antioche, c’est-à-dire dans le berceau de la chrétienté, là ou se sont implantées les premières églises dans le sillage de Saint Paul, Daesh exécute ceux qui sont à leurs yeux les croisés d’aujourd’hui. Ils tuent ici, précisément ici, pour arracher la racine même de la chrétienté.

Mais les musulmans ne sont pas épargnés pour autant. Les chiites sont assassinés, dans une guerre entre cousins de l’islam qui n’est pas sans rappeler les guerres de religions européennes. Comme à la Saint Barthelemy où la Seine était rouge sang, Daesh massacre, exécute en masse. Ils décapitent en Irak les soldats irakiens chiites, les soldats syriens sunnites ou alaouites, comme ils ont massacré les membres des tribus sunnites d’Irak qui n’ont pas voulu leur ouvrir leur porte lors de leur descente vers Bagdad. Le nombre de morts musulmans est colossal. Ils sont musulmans pourtant ! Oui mais ils refusent cette barbarie commise au nom de Dieu. Le crime est encore pire : dans cette folie, l’autre qui vous dit non est encore plus détestable quand il vous ressemble. Son cousinage vous menace.

L’exécution du pilote jordanien a été savamment mise en scène. Brulé vif dans une cage. Pour frapper les esprits. Mais aussi pour montrer que chaque catégorie d’impie à son traitement de faveur. Les autorités jordaniennes ont répondu par la loi du talion en exécutant deux jiadistes dont Sajida Al-Rishawi, une irakienne aujourd’hui âgée de 44 ans, arrêtée en 2005 pour sa participation à trois attentats meurtriers commis pour al-Qaïda dans des hôtels d’Amman. Elle était la sœur du bras droit de Zarkaoui. L’État islamique demandait sa libération. Elle a été pendue.

Dent pour dent, œil pour œil. L’Europe a beau expliquer que ce n’est pas comme cela qu’on fait la guerre, qu’on doit respecter la justice dans son pays, le roi Abdallah n’en a cure. Des commandos jordaniens ont été envoyés en missions clandestines pour abattre les leaders jiadistes. La guerre par tous les moyens entre arabes. Entre musulmans. Parce que Daesh est là, sous leurs fenêtres…

Olivier Ravanello

LAISSER UN COMMENTAIRE