Messi rate son rendez-vous avec l’histoire

0
258

Décevant, Lionel Messi n’a pas réussi à porter l’Argentine sur le toit du monde dimanche au Maracana. Le Barcelonais se console avec le titre honorifique de meilleur joueur du tournoi.

Il était attendu comme le messie par tout un peuple. Espéré comme le digne successeur du «Dieu» Diego Maradona, dernier capitaine à avoir porté l’Argentine tout en haut de l’Olympe, en 1986. Mais «l’apôtre» Lionel Messi n’a pas réussi à emmener l’Albiceleste au paradis. Trop effacé pour un joueur de son rang, le quadruple Ballon d’Or a peut-être laissé passer, à 27 ans, une occasion unique de remporter le plus beau de tous les trophées.

Messi-rate-son-rendez-vous-avec-l-histoire

Une grosse occasion, et puis plus rien
Le Barcelonais, déjà très discret contre les Pays-Bas en demi-finales, avait pourtant bien démarré la finale dimanche au Maracana. Ses accélérations, dévastatrices, ont mis au supplice le côté gauche de la défense allemande. L’une d’elles a même amené l’une des occasions les plus chaudes de la première période et obligé Jerome Boateng à dégager en catastrophe (40e). Mais la «pulga» n’a quasiment plus bondi par la suite. Passé dans l’axe de l’attaque après la rentrée de Sergio Agüero, Messi a perdu de son influence. Et de sa confiance, aussi, après avoir trop croisé une frappe en position favorable (47e). Un tournant majeur et des regrets éternels pour le «bambino» de Rosario, qui a disparu des radars après cet échec.

Touché moralement, et peut-être aussi physiquement – on l’a vu se toucher la cuisse et être tout proche de vomir – le joueur le mieux payé de la planète a longtemps erré comme une âme en peine, marchant là où ses coéquipiers se démultipliaient pour ne pas craquer, ratant un contrôle à sa portée et déjouant sur quelques bonnes situations. Décisif dans les arrêts de jeu contre l’Iran au premier tour (1-0, but) et encore dans les ultimes minutes de la prolongation face à la Suisse en 8es de finale (1-0, passe décisive), Messi portait encore sur ses frêles épaules tous les espoirs argentins en prolongation. Mais, là encore, rien de vint. Si ce n’est une tête sans conviction après l’ouverture du score allemande (118e) et une balle d’égalisation complètement ratée sur coup-franc (120e +1).

Aucun but en matches à élimination directe en Coupe du monde
Le tout pour un bilan toujours aussi vierge en matches à élimination de Coupe du monde (aucun but). Le titre de meilleur joueur du tournoi, reçu mâchoire serrée après le coup de sifflet final, n’est qu’un leurre. Roi incontesté du 21e siècle, Messi, dont le palmarès en sélection se limite à un titre olympique (2008) et un championnat du monde des moins de 20 ans (2005), est encore loin de rejoindre les plus grandes légendes du football comme Pelé, Zidane ou Maradona. «Si Messi est supérieur à Maradona dimanche, je lui déroulerai le tapis rouge», avait annoncé le «pibe de oro» avant la finale. Du haut du panthéon des champions, il peut le remballer. [Via Sport24]

LAISSER UN COMMENTAIRE