Desras appelle les sénateurs à voter l’amendement de la loi électorale

0
188

Le président du Sénat a annoncé mardi que l’amendement de la loi électorale sera à l’ordre du jour lors d’une séance plénière prévue pour ce mercredi au Sénat de la République. Dieuseul Simon Desras en a fait l’annonce à l’issue d’une séance avortée ce mardi faute de quorum. «  La  séance est reportée à demain (mercredi) à compter de 10 heures a.m.  Au menu : le vote de l’amendement de la loi électorale », a déclaré le  sénateur Desras.

DesrasSeulement 10 sénateurs sur 20 avaient répondu à l’appel nominal. Les membres du groupe des six ont tous été aux abonnés absents de cette énième tentative de séance sur le vote de l’amendement de la loi devant régir les prochaines élections dans le pays. « Chaque sénateur a une responsabilité morale, politique et historique de voter la loi », croit savoir le président du grand Corps comme pour blâmer ses pairs réticents à voter ladite loi.

Le numéro un de la Chambre haute—qui semble avoir perdu le contrôle de  son assemblée— reproche à ses collègues de n’être pas « proactifs » en ce qui concerne la conjoncture actuelle. « Il n’est pas normal de se contenter de réagir, de contester tous les jours sans poser un acte d’envergure pour pousser l’adversaire à réagir lui-même.»

Le parlementaire critique vertement les « politiciens » de l’opposition qui appuient les sénateurs dans la démarche de boycotter le vote de la modification de la loi électorale en souffrance au Sénat, il y a plusieurs mois. « L’opposition n’est pas solidaire, se désole-t-il. Il n’y a pas de constance dans les positions prises dans leur conviction.  Donc on ne sait où aller effectivement. »

Pour le meilleur et pour le pire, Dieuseul Simon Desras indique qu’il « participera aux prochaines élections ». « Que les élections soient bonnes ou mauvaises, je serai là», a soutenu l’élu du Plateau central appelant ses collègues à  faciliter le vote du document déjà approuvé par la Chambre des députés.

En ce qui a trait  au  choix  de Max Mathurin pour  remplacer l’un des représentants du Parlement (Marie Cluny Dumay Miracles) au Conseil électoral provisoire, le sénateur Desras a laconiquement déclaré : « Cette étape est déjà franchie. »

Cependant, les sénateurs du groupe des six, à l’image du sénateur Moïse Jean-Charles, disent prendre leurs distances par rapport à cette décision. Implacables, ils ne cessent de réclamer  la formation d’un Conseil électoral suivant l’article 289 de la Constitution…

Yvince Hilaire

LAISSER UN COMMENTAIRE