La Russie évite le pire

0
233

La Russie a eu chaud. Menée par les Coréens suite à une faute de main de son gardien, la Sbornaya arrache finalement le nul (1-1), à Cuiaba. Un nul qui n’arrange personne, si ce n’est la Belgique qui prend seule la tête du groupe H.

Russie – Corée du Sud : 1-1
Russie : Kerzhakov (74e)
Corée du Sud : K.H. Lee (68e)

La-Russie-evite-le-pire

La Corée du Sud avait pris l’habitude de démarrer fort ses Coupes du Monde. Lors des trois précédentes éditions, les «Guerriers de Taeguk» avaient à chaque fois remporté leur premier match (en 2002, 2006 et 2010). Fin de série à Cuiaba. Pour leur entrée dans la compétition, Coréens et Russes n’ont pu se départager (1-1). Les Coréens ont pourtant mené au tableau d’affichage l’espace de cinq minutes, mais Kerzhakov a répondu à l’ouverture du score (chanceuse) de K.H. Lee, à l’approche du dernier quart d’heure. Devant 37 000 spectateurs à l’Arena Pantanal, la Russie faisait son retour en Coupe du Monde, après douze ans de privation. La sélection de Fabio Capello est bien décidée à ne pas faire de la figuration dans un groupe H très ouvert et rêve d’atteindre pour la première fois de son histoire les huitièmes de finale. Avec seulement deux défaites en 17 matches depuis l’arrivée aux commandes de l’Italien en juillet 2012, il est permis à la Sbornaya de rêver. Et pourtant, tout a failli capoter à Cuiaba, face à une Corée du Sud qui participait à sa huitième Coupe du Monde d’affilée et qui a comme objectif de faire aussi bien qu’en 2010 lorsqu’elle atteignit les huitièmes de finale.

La bourde d’Akinfeev
Avec la légende Hong Myong-bo – le joueur le plus capé avec 136 sélections – à sa tête, la Corée, bien que 57e nation au classement Fifa, ne partait pas résignée face aux Russes. Heung-Min Son, par deux fois (11e et 39e), et Koo (35e) donnaient des sueurs aux supporteurs russes, dans une première période bien terne. Dans le camp d’en face, seuls Ignashevich, sur coup-franc (32e), et Zhirkov (33e), faisaient passer un léger frisson dans le stade. Ca s’animait en seconde période. Berezoutski, de la tête, allumait la première banderille (47e). Les Coréens répondaient par Ki (52e) et Kim (58e). Les coachings étaient finalement payants. Entré à l’heure de jeu, K.H. Lee tentait une frappe anodine à 20m qui n’aurait jamais dû surprendre Akinfeev. Pourtant, le portier russe laissait échapper le ballon dans son but, suite à une grossière faute de main (0-1, 68e). Heureusement pour lui, son partenaire de l’attaque, Kerzhakov, opportuniste, profitait d’une partie de billard dans les six mètres pour égaliser (1-1, 74e). Un moindre mal pour Capello qui fête ce 18 juin ses 68 ans. Prochain match pour la Russie, dimanche, contre la Belgique. La Corée du Sud défiera l’Algérie.

Le joueur du match :
Trois petites minutes auront suffi à Aleksandr Kerzhakov pour redonner espoir à tout un peuple. Déjà présent il y a douze ans en Corée et au Japon, le joueur du Zénit St-Petersbourg retrouvait la Coupe du Monde… mais sur le banc. Son entrée à la 71e minute a été décisive. Son but, tel un renard des surfaces, évite à la Sbornaya une défaite qui aurait fortement compromis ses chances de qualification. Son 26e but en 82 sélections.

On n’a pas aimé :
Aïe la bourde ! Igor Akinfeev faisait une partie en tout point remarquable jusqu’à cette 68e minute et ce tir anodin de Lee. Le gardien du CSKA Moscou a laissé filer entre ses gants le ballon pour l’ouverture du score coréenne. Un match à oublier. On tient peut-être le but gag de ce Mondial. [Via Sport24]

LAISSER UN COMMENTAIRE