Les Bleus lancent parfaitement leur Mondial

0
195

Emmenée par un Karim Benzema irrésistible, l’équipe de France a superbement entamé la Coupe du monde en surclassant le Honduras (3-0), dimanche à Porto Alegre.

Les-Bleus-lancent-parfaitement-leur-Mondial

Seize ans d’attente. En s’imposant (3-0) face au Honduras, l’équipe de France a renoué avec un passé glorieux en Coupe du monde. Ce succès acquis sur le même score que lors de son entrée en lice dans le Mondial 98 face à l’Afrique du Sud, lance parfaitement son épopée brésilienne. Les Bleus, qui n’avaient pas remporté leurs trois derniers matchs d’ouverture, en profitent pour s’emparer de la tête de leur groupe devant la Suisse, qui avait battu auparavant l’Equateur (2-1). Les hommes de Deschamps, qui affronteront le 20 juin la Nati à San Salvador, peuvent entrevoir une qualification pour les 8es de finales s’ils parviennent à gérer leurs émotions.  Après une première mi-temps sous tension, où elle a failli perdre Pogba sur expulsion, l’équipe de France a su forcer la décision grâce à la qualité de ses attaquants. En première ligne après le forfait de Ribéry, Benzema a assumé son rôle de leader en inscrivant un doublé et en provoquant une csc hondurien.

Les nerfs à vif avant la libération
Quelque peu surpris par l’absence d’hymnes avant la rencontre, les Bleus connaissaient l’équation hondurienne. Cela ne les a pas empêchés de s’enferrer un moment dans le piège tactique des Catrachos. Dans les premières minutes, les Honduriens, très saignants dans les duels, ont essayé de neutraliser les milieux français en les harcelant comme des sangsues. Pour un début de rencontre très hâché où l’équipe de France a éprouvé les pires difficultés à trouver des décalages. Sur un coup franc de Valbuena, Matuidi profitait d’un mauvais dégagement avant de solliciter Valladares, qui détournait sur sa barre (15e). Sur un centre d’Evra, Griezmann s’imposait dans les airs mais sa tête heurtait là encore la transversale hondurienne (23e). Sur un contre éclair, ce dernier lançait ensuite Valbuena sur l’aile opposée mais la tête de Benzema passait au-dessus (25e).

Répondant à une provocation de Palacios, qui venait de lui marcher dessus, Pogba frôlait l’exclusion. Mais Sandro Ricci distribuait un carton jaune aux deux joueurs (26e). Une décision lourde de conséquence puisque Palacios  bousculait le milieu français dans sa propre surface. Son excès d’engagement était sanctionné d’un penalty et d’un second carton jaune, synonyme d’expulsion (44e). Benzema transformait la sentence sans état d’âme (45e). Au retour des vestiaires, les Honduriens abdiquaient d’entrée (49e). Sur une frappe de Benzema heurtant d’abord le poteau, le ballon rebondissait sur le gardien hondurien avant de franchir la ligne. Après une première prise de vue ne validant pas le but, la goal-line technologie était favorable aux Français. Libérés par cet avantage de deux buts, les Bleus déroulaient ensuite. Sur un centre de Griezmann, la reprise de Benzema était repoussée par le gardien du Honduras (55e). A la réception d’une frappe de Debuchy renvoyée, le chef de file de l’attaque française inscrivait un doublé sur une frappe placé (73e).

Griezmann dans tous les bons coups
Préféré à Giroud, Griezmann n’est pas passé à côté de son premier match de Coupe du monde. Le vivace attaquant de la Real Sociedad (23 ans) a été à l’origine de toutes les actions françaises. Inspiré dans ses remises, toujours en mouvement, l’attaquant gauche des Bleus a mis la pagaille dans la défense hondurienne. Sa capacité à accélérer le jeu et la vista de ses passes ont permis aux Bleus de faire exploser le bloc hondurien. Son entente avec Benzema, auteur d’un doublé et à l’origine d’un but contre son camp de Valladares, a été parfaite. Toujours aussi vaillant, Valbuena a eu un impact important sur la rencontre en remettant de l’ordre dans le jeu français quand les Honduriens tentaient de le disloquer. Sa précision sur les coups de pied arrêté est  précieuse. Au milieu, Pogba a souffert avant de faire la différence. Sa frustration aurait pu lui coûter une expulsion mais son obstination a permis aux Bleus d’ouvrir le score. Cabaye et Matuidi ont pris l’ascendant après avoir eu des difficultés à trouver leurs marques. Varane et Sakho ont parfaitement géré les rares contres du Honduras. Sur les côtés, Debuchy et Evra ont souvent apporté le surnombre. Bref, de belles promesses à confirmer vendredi prochain contre la Suisse.

LAISSER UN COMMENTAIRE