Si vous avez compris la politique haïtienne… on vous a donc mal expliqué

0
108

L’Internet et les réseaux sociaux vous réservent de ces divines surprises qui vous arrachent sans peine un sourire. Sur Twitter, ce jeudi, un certain Papa-Cool (@Papacelibataire) a lâché ce tweet désopilant : « Si quelqu’un t’explique la politique belge et que tu as compris, c’est qu’il t’a très mal expliqué ».

On dirait un «Que sais-Je » sur la politique haïtienne.

A entendre les conclusions des deux parties, l’exécutif et le Sénat, après les discussions infructueuses du Best Western, il n’y a pas de phrase plus claire que celle-là pour illustrer le trouble que l’on ressent à écouter le président et les sénateurs de la République.  Ils ont parlé à la presse avant de se quitter sur un désaccord.

Les deux camps refusent de s’entendre parce que l’autre camp lui dénie le droit de contrôler le Conseil électoral, organisme indépendant chargé par la Constitution d’organiser les élections depuis 1987.

Qu’une bataille feutrée se livre autour des membres du CEP, cela se comprend. Que chaque camp essaie de placer ses pions dans chaque rouage de la machine électorale, cela se conçoit. Que les plus hautes autorités du pays organisent un Yalta sur le sujet, n’arrivent pas à s’entendre et se rejettent des accusations aussi graves, cela laisse sans mot.

« Tu veux contrôler le CEP » n’est plus une arrière-pensée, c’est la pensée première de chaque fraction. Ce n’est même pas une insulte. Un simple constat.

Comment pourrons-nous avoir des élections dans un tel climat ? Si chaque candidat pense déjà que pour gagner il faut avoir dans sa poche les juges, à quoi bon dépenser des dizaines de millions de dollars américains pour réaliser les élections ?

Si sénateurs et exécutif estiment que la démocratie ne tient qu’aux neuf membres du CEP, les dés sont pipés. Va-t-on bientôt passer au détecteur de mensonge les membres de la communauté internationale pour savoir vers quel bord penche leur cœur ?

La démocratie haïtienne, si vous en avez compris les ressorts… on vous a mal expliqué le tout.

Frantz Duval

LAISSER UN COMMENTAIRE