J’ai testé pour vous “We Love You Anne”

0
550

Un an après sa sortie, Karl Foster fait la critique de « We Love You Anne », film de Richard Sénécal, d’après un scénario de Dominique Antoine, avec Nice Simon, Don Kato, Tonton Bicha, Gessica Généus, Tidjo Zenny.

On est en janvier 2006. Autour d’une table, 4 personnages discutent. A l’ordre du jour : le succès monstre de « I Love You Anne » et sa suite à réaliser dans les plus brefs délais.

  • « On doit le succès du premier film à la présence de Tidjo et Kato, je dis qu’il nous faut plus de stars de la musique dans le film », lance l’un d’entre eux.
  • « Faux ! », rétorque un autre. « C’est Bicha, l’arme fatale. Plus de scènes pour Bicha ! Je veux plus de scènes pour Bicha », tape-t-il du poing furieusement.
  • « D’accord ! On fera venir plus de musiciens compas », tranche celui qui semble prendre les décisions. « Plus d’acteurs connus aussi pendant qu’on y est. Gessica, elle est pas mal ! On la prend. Ajoutons aussi Paul Henry Atis qui est déjà assez connu. Ensuite, il faut trouver une histoire impliquant tout le monde. J’insiste ». Le scénariste baisse la tête pour marquer son acquiescement.
  • « Je vous préviens ! Il faudra aussi trouver de l’argent pour convaincre tout ce monde. On devra introduire de la promotion à l’intérieur même du film. Beaucoup de promotion. Ça peut se faire, n’est-ce pas ?», demande le boss en lançant un regard interrogateur vers le réalisateur. Celui-ci ravale sa salive avant de répondre: « Ça devrait pouvoir se faire.»

Cette scène est totalement fictive mais elle correspond parfaitement à ce que le téléspectateur est en droit d’imaginer après avoir regardé « We Love You Anne », suite de «I Love You Anne ». On vous raconte !

L’histoire

Seulement une année après, tout semble avoir changé ou presque dans l’univers d’Anne. Kato a été propulsé superstar locale après la sortie de la chanson relatant leur histoire et n’est plus l’amoureux fervent d’avant. La pauvre Anne est tristounette dans son lit, entre ses oreillers, dans ses tenues sexy. Le retour des Etats-Unis de Sophie, la fille du père Demeran qui fait de Kato sa cible, ne fait qu’empirer les choses.

Pour compléter le tableau, Jude Dutreuil sort de prison seulement 12 mois après son arrestation. Sitôt hors des murs, avant de penser à la bouffe normale, à retrouver ses proches ou à vivre au grand air, le voici déjà à aviser avec son macho de cousin au moyen de se venger… d’Anne (il a été mis en prison pour usage de faux et association de malfaiteurs soit dit en passant) ! Il monte un plan machiavélique avec son cousin qui l’aidera à regagner la confiance d’Anne pour mieux lui faire mal : Il va jouer les princes charmants au secours des demoiselles en détresse en passe de se faire violer, en plein jour, à l’extérieur, sur une plage publique où toute une équipe tourne une pub à deux pas !

A partir de là, on n’est plus sûr de rien dans l’évolution de l’histoire. Les extraterrestres ont-ils enlevé puis échangé Anne contre un clone ? Fait-elle une amnésie ? A-t-elle balancé du « côté obscur de la Force » ? Le retournement est en effet aussi subit que celui d’un parlementaire au moment d’un vote crucial ! Anne, jadis pudibonde, se donne dans tous les sens. Littéralement. Entre Kato, Grégory et (grâce la miséricorde !) Jude, Anne s’emmêle dans ses sentiments. Elle n’est pas la seule, Jude devient la victime de son propre plan.

Ce qui arrive dans les films haïtiens quand des amoureux se la coulent douce arriva : Anne tombe enceinte ! L’enfant naîtra-t-il ? Qui en est le père ? Le scénariste trouve qu’on en sait déjà trop et le film se termine sans ces réponses sur une scène symbolique du film en soi : Bicha fuyant une histoire qui se gâte un peu trop  à  son goût.

De bonnes performances

We Love You Anne bénéficie d’une distribution de choix. Elle comprend les acteurs du premier film : Antonio « Don Kato » Cheramy, Daniel « Tonton Bicha » Fils-Aimé, Joseph « Tidjo » Zenny Jr, Fresnel Larosillière. Ils sont rejoints par des pointures et belles promesses du cinéma haïtien comme Gessica Généus, Paul Henry Athis, Sandra Lespérance, Réginald « Ti Régi » Bastien et Maikadou. Les acteurs Emmanuel Pierre Antoine et Blondedie Ferninand, dans les rôles respectifs des amis de Jude et Anne dans « I Love You Anne », n’ont pas survécu au premier épisode.

Cette distribution, en plus d’être « bankable » comme disent les Américains, rassure dans cette réalisation de Richard Sénécal. L’équipe a fourni un bon jeu et les nouvelles têtes dans l’ensemble surprennent agréablement. Une note spéciale pour Ti Régi, très à l’aise dans son rôle de macho et pour Joseph « Tidjo » Zenny Jr qui est selon nous le meilleur acteur du film. Jude Dutreuil est même le personnage clé de ce long métrage tant par l’importance qu’il y tient que par le rendu de l’acteur.

« We Love You Bicha » ?

L’histoire du film se résume bien sans Bicha, comme nous l’avons fait plus haut. Alors que dans le premier numéro sa sévérité était chère à l’intrigue, le père d’Anne n’est plus indispensable à la trame de ce second volet. Sa fille a beaucoup grandi (en une année, rappelons-le) et lui tient maintenant tête et du coup son personnage de père super protecteur a moins d’impact. Impuissant, on le voit surtout en train de se plaindre à son ami et voisin, quand il ne fait pas marcher son petit business.

A l’écran pourtant, le réalisateur s’acharne à le montrer et c’est avec lui que s’ouvre puis se termine le film. We Love You Anne, ça pourrait tout autant être We Love You Bicha !

A se tordre… d’ennui !

« We Love You Anne », c’est long, bien trop long pour une histoire qui ne tient pas en éveil. A croire que le film a été rallongé afin de placer des publicités. Les producteurs n’y sont pas allés de main morte ! Il y en a pour tout le monde : les produits alimentaires, les institutions financières, les écoles professionnelles, les petites entreprises, etc.

Ça va du logo omniprésent en fond de scène sur le plan à l’angle de la caméra mettant en évidence la bière – logo face caméra bien évidemment – que Jude ou Grégory a toujours en main. Comble de l’indiscrétion, il y a même la tranche pub où un personnage prend le temps de vanter les services de la seule banque où elle va. On atteint l’apogée quand une figurante en bikini lance un « j’ai soif » langoureux et aussitôt une autre figurante de lui apporter un jus. Pour être sûre que le spectateur a reconnu la marque, elle le dit tout haut.

En plus d’être long, le film accuse un problème de rythme. Les personnages de Kato au charisme d’automate et d’Anne, héroïne gnangnan, n’aident pas à le secouer. L’histoire évolue très lentement et trop rapidement par moments et on s’y perd. La volonté du scénariste de nous surprendre en prêtant à Anne et Jude des comportements qui ne leur sont pas familiers est astucieuse, mais le changement, pas travaillé, choque ou est en peu crédible.

Le plus décevant avec « We Love You Anne », plus décevant encore qu’être contraint à visualiser des pubs pour son propre argent, c’est que l’histoire ne finit pas avec le film. La conclusion est précipitée (Bicha qui se fait littéralement  la malle). Toutes les questions restent sans réponses. Le spectateur sort de la séance avec le sentiment d’avoir été doublement racketté ! Il a payé pour voir des pubs et il devra payer à nouveau pour avoir une histoire complète. Car on se doute bien qu’il y aura une suite et ça fera une histoire pour le prix de deux.

Le cas Bicha !

Attardons-nous un instant sur le personnage de Bicha. Deux films après dans cette série, bien qu’on soit fixé sur son rôle de bouffon, nous sommes en droit de nous demander comment nous devons l’appréhender.

Bicha est un parti pris. Son personnage cadrait dans une comédie déjantée où tous les coups sont permis. Comme dans « Little Man » avec les frères Wayans où le voleur se fait passer pour un bébé alors que le spectateur voit bien que personne ne pourrait le confondre avec un bébé. Ou comme l’ours en peluche qui parle, travaille et fait l’amour avec des humains dans « Ted ». Le seul hic c’est que « We Love You Anne », c’est bien une comédie romantique. Sans Bicha, le film n’aurait d’ailleurs pas le ton de la comédie.

Mais contrairement à Whoopy Godlberg dans « Ghost » où un personnage à lui seul supporte le poids comique d’un film a priori « sérieux », Bicha n’a rien d’un « vrai » personnage. Côté apparence, personne ne croit que ce vieillard bien-portant au maquillage superficiel et au jeu exagéré doit être vu comme un vrai vieillard à l’écran. Le fond est tout aussi peu crédible. Bicha est dépeint comme un paysan qui mène une vie de bourgeois, à la fois cultivé dans son train de vie et dans ses manières (il lit son journal tous les matins, mange à table et dort en pyjama) mais paradoxalement ce qui le rend plus drôle, c’est quand il confond ou prononce mal les mots.

Mais ce qui est encore plus étonnant, c’est que Bicha existait déjà AVANT « I Love You Anne ». Pour l’histoire, Daniel Fils-Aimé tient ce surnom de sa maman depuis petit et il l’a gardé pour son personnage fétiche en intégrant le monde du théâtre. A l’écran, Bicha avait été vu auparavant dans plusieurs vidéoclips… et même dans d’autres films ! Ça ne s’est pas arrêté avec I Love You Anne non plus ; Daniel Fils-Aimé a campé son paysan dans au moins 3 autres films. Nous soulignons qu’on ne parle pas de spin0ff, prequel ou sequel, mais d’utilisations non liées du même personnage. En effet, le personnage vit des situations différentes dans chacun des films. Il est jardinier, gardien de cour et même président (dans « prezidan Bicha »). Du jamais-vu !

Bref, dans cette suite, il est encore le personnage dont se souviendront le plus les spectateurs. Quand on demandera : « comment avez-vous trouvé le film ? » à un spectateur à la sortie d’une salle, une chance sur 3 qu’il réponde que Bicha l’a beaucoup fait rire. C’est tout dire !

Notre note: 5.5 /10

Succès populaire indéniable, le dernier film de Richard Sénécal est pourtant loin d’être son chef-d’œuvre. « We Love You Anne » marque une période où les problèmes techniques semblent révolus et apporte un vent d’optimisme à un moment où le cinéma haïtien était donné pour mort.

Cependant, le film en soi convainc peu et laisse un arrière-goût d’inachevé vu qu’au final on ne connaît ni le sort de la protagoniste principale ni la réponse qu’elle donne à l’intrigue. Le film se noie dans un souci de vendre plutôt que dans un souci de perfection. Résultat : We Love You Anne est en effet un succès marketing mais passe loin d’être un film de référence. Un film peu divertissant avec un bon casting, une bonne technique (son et image), quelques blagues décalées et un collage exagéré de réclames.

Karl Foster Candio

Avez-vous remarqué que :

On est encore à l’âge des Raz’R !

  • Les scènes de conversation au téléphone sont légion et ce n’est jamais l’un des smartphones si à la mode aujourd’hui. La raison est simple, We Love You Anne a été tourné en 2006 et à cette époque, ce n’était pas encore l’ère du smartphone en Haïti. Le film a sagement attendu 7 ans dans les tiroirs avant de sortir en 2013.

Pè Demeran est Pè Dé dans le film.

  • Le nom du personnage joué par Fresnel Larosilière a été écourté et ses amis l’appellent Pè Dé. Phonétiquement, voilà qui est risqué et sujet à méprise…

Ces tresses qui stressent

  • Les tresses de Kato s’allongent et se raccourcissent dans We Love You Anne. Dépendamment des scènes, le dread a ses tresses courtes, puis longues, puis courtes. Cette gaffe est imputable à l’ordre des tournages de certaines scènes.

A regarder

  • Si vous aimez quand les  épisodes des feuilletons finissent sur le moment le plus intense.
  • Si vous aimez les pubs de Bicha
  • Si vous aimez Nice Simon en petite tenue.
  • Si vous êtes fan de Brothers Posse, Djakout #1 et Kreyòl La.

A éviter

  • Si vous changez de chaîne à la mi-temps des matchs pour éviter les pubs.
  • Si vous aviez aimé « I Love You Anne ».
  • Si vous avez le sommeil facile.

Fiche

  • We Love You Anne
  • Produit par Communication Plus
  • Film de Richard Sénécal
  • Scénario de Dominique Antoine

Avec

  • Nice Simon (Anne),
  • Daniel Fils-Aimé (Tonton Bicha),
  • Manmi Kato (Lucienne Laventure),
  • Joseph Zenny Jr, (Jude Dutreuil),
  • Fresnel Larosillière (Pè Demeran),
  • Ruth St. Hubert (Cleantha)
  • Gessica Généus (Sophia Demeran),
  • Réginald Bastien (Grégory Apollon),
  • Nadia (Sandra Lespérance)
  • Paul Henry Athis (avocat de Jude)

LAISSER UN COMMENTAIRE