Combien de colloques nous faut-il pour arriver à une éducation de qualité ?

0
126

Un nouveau colloque sur la qualité de l’éducation en Haïti. C’est le nouveau ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat, qui a donné le coup d’envoi de ces assises planifiées par son prédécesseur, Vanneur Pierre. La nouvelle équipe du Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) trouve une belle plateforme pour poser les problèmes d’un système éducatif boîteux en dépit des progrès  intéressants réalisés en matière d’accès à l’éducation au cours des dernières décennies. Les spécialistes de l’éducation viennent de partout  pour nous rappeler que notre système éducatif est dépassé.

Ces assises sur l’école haïtienne annoncées à grand renfort de publicité ne sont pas les premières. Quel ministre de l’Education nationale n’a pas eu à organiser son colloque sur la qualité de l’éducation au cours des dix-huit dernières années ? Quel hôtel de luxe de Port-au-Prince n’a pas hébergé des spécialistes de tout genre pour poser les problèmes du système éducatif ?

On peut se tromper de bonne foi sur le nombre de colloques organisés sur notre système éducatif depuis les états généraux de l’éducation tenus en janvier 1996. Un fait est cependant certain : de colloque en colloque, rien n’a changé. Les écoliers haïtiens continuent de recevoir une éducation qui ne cadre pas avec la réalité d’aujourd’hui. Beaucoup d’écoles continuent de fonctionner en dehors des normes; même les écoles publiques ne font pas exception…

Les obstacles à une éducation de qualité en Haïti sont connus de tous. Un petit tour dans les archives du ministère de l’Education nationale devrait nous permettre de constater que mille et une assises ont été réalisées sur la débâcle de notre système éducatif. Et les diagnostics pourrissent dans les tiroirs.

Ce nouveau colloque du MENFP peut être un nouveau départ pour l’école haïtienne si les autorités acceptent de donner un contenu au slogan « un virage vers la qualité » de l’ancien ministre Vanneur Pierre. Sinon,  ce sera un colloque en plus, un colloque de trop, voire un show médiatique.

Haïti n’a pas à réinventer la roue en matière d’éducation. Si on veut vraiment arriver à une éducation de qualité, on doit cesser de faire une école à l’haïtienne où chacun définit ses propres règles. Ceux qui ont la charge du système éducatif doivent s’armer de courage pour y mettre de l’ordre. Et si on commençait dans les écoles publiques?

Jean Pharès Jérôme

LAISSER UN COMMENTAIRE