Tout sur les assurances santé en Haïti !

0
237

Ah! ces fameuses assurances santé! On en parle beaucoup ces derniers temps et je n’en ai que peu d’échos favorables. Pourtant, pour ma part, en tant que médecin, j’en suis assez satisfait. Bon! tout n’est pas parfait, mais je pense que, la plupart du temps, l’insatisfaction vient d’une incompréhension des assurés et des médecins. Je compte donc aujourd’hui vous faire part de mes connaissances en la matière, agrémentées naturellement de réflexions de mon cru. Si certains auront des choses à corriger ou à préciser, j’attends ici leur propos.

Tout d’abord, je vais m’essayer à vous donner une définition pour comprendre ce qu’est une assurance santé en utilisant une formule forte qui exprime ce qu’elle n’est pas : une assurance santé n’est pas une entreprise de bienfaisance, encore moins une société philanthropique. Retirez vous cela de la tête et oubliez toutes les magnifiques publicités qui affirment haut et fort le contraire. Une assurance santé est une société qui a décidé de faire du fric avec le malheur des autres, comme c’est le cas des médecins, des avocats et des entrepreneurs de pompes funèbres. Le malheur en ce qui nous concerne est la maladie qui vous tombe dessus. Maintenant que la définition est donnée, voyons comment la compagnie d’assurance va s’y prendre.

La compagnie va offrir un service qui est de vous faire croire qu’elle va vous rembourser une grande partie de vos frais de santé chaque fois que cela est nécessaire. Pour le faire, une petite cotisation vous est demandée, cotisation qui vous paraîtra dérisoire si vous la comparez avec les dépenses que vous pourriez avoir à faire si vous ne déviez pas vous assurer. Et c’est là que l’assurance essaye de faire son profit, et, de fait, en fait de façon énorme: les cotisations des assurés sains sont suffisants pour payer les frais de ceux qui tomberont malades et de lui donner de juteux bénéfices, d’autant que l’assurance courtisera le patronat en  lui promettant une couverture sanitaire adéquate de ses employés, en particulier ceux qui seront victimes d’un accident de travail.

Pour être sûr de ses bénéfices, l’assurance couvre en fin de compte des personnes le plus souvent en bonne santé, qui sont très rarement malades. Mais pour ne pas trop perdre dans ses juteux bénéfices, l’assurance mettra sur pied tout un train de précautions qu’elle prendra bien garde de vous faire comprendre. Votre patron signera pour vous sans trop y faire attention, et le tour est joué. Car l’assurance doit s’arranger à payer le moins possible pour permettre à ses patrons d’avoir un train de vie princier. Je vais donc vous faire part de quelques-unes de ces précautions.

Pendant un certain nombre d’années (entre trois et  cinq ans), vous avez un plafond pour les dépenses que l’assurance ne dépassera pas. Une fois ce plafond atteint, toutes les dépenses supplémentaires seront à votre charge, Heureusement, cela survient rarement et les malheureux à qui cela arrive ne peuvent faire entendre leur voix, car ils ont signé leur consentement.

Certaines assurances diminuent de moitié leur couverture sanitaire si vous avez le sida.

Les assurances remboursent 80%  des frais suivant leur barème qu’elles calculent suivant celui des associations spécialisées, mais surtout selon le rapport de leur directeur médical, un médecin considéré par ses confrères comme une sorte de vendu. C’est donc pour cette raison que bien des praticiens préfèrent que vous payiez intégralement leurs frais, et à charge donc pour vous de négocier avec votre assurance.

Il y a des assurances qui ne couvrent pas les bébés à leur naissance jusqu’à parfois trois mois. Toutes les dépenses seront donc à votre charge.

Peu d’assurances couvrent les frais dentaires.
Les lunettes offertes pas l’assurance sont celles qui sont à bon marché et que vous n’allez point aimer !

En province, venez avec du cash, car aucune assurance n’a une couverture nationale.
Il se pourrait que les soirs et les jours fériés votre carte d’assurance ne marche pas, car ces compagnies n’ont pas de service ouvert 24h/24 ! Donc essayez de savoir quel hôpital vous acceptera.

A ma connaissance, aucun hôpital public ou privé ne considère l’OAVCT comme une assurance alors qu’il est muni d’un service ambulancier.

Alors pourquoi suis-je malgré tout satisfait ? Parce que la maladie est un accident qui arrive toujours au plus mauvais moment et trop de patients ne peuvent (pour certains), ne veulent (pour trop d’entre eux) honorer vos frais. Avec l’assurance, vous êtes quand même sûr de toucher, bien que ce soit un peu tard et pas suffisamment. Mais c’est quand même mieux que le risque de croiser un patient non couvert par une assurance. L’assurance est donc un moindre mal…

Philippe Desmangles

LAISSER UN COMMENTAIRE