Hugo Chavez, hommage à mon Commandant éternel

0
176

Hugo Rafael Chavez Fria, frère et commandant de l’amour
Je suis fier de t’avoir connu en ce beau temps de la révolution
Glorieux, majestueux, menant avec noblesse jusqu’au socialisme
Ton peuple est orgueilleux de t’avoir eu comme fils prodige

Ta fin physique, celle de ta chair, de ton corps, nous fait mal, bien sûr
Mais tu entreras dans le temps galactique comme esprit libertaire et sublime
Facilitant les processus de changement, dans le barrio, le peuple, le pays et le monde
Assumant avec hauteur le combat pour la vie et la patrie qui est celui de l’homme
Et bien, il ne nous reste plus qu’à te suivre, frère, ami, père et camarade
Loyaux, toujours, à tes idées, l’enfant, la femme et l’homme, avec toi

Avec la belle tendresse de tes actes, la qualité simple de tes rencontres
Tu as fait de ta présence éternelle la lumière qui éclaire notre futur
Nous repoussons pour toujours la haine et la canaille qui un temps nous emprisonna
Nous avons volé haut et aucun empire, aucune intrigue capitaliste n’empêchera notre vol
Tu es un souffle d’amour, une source d’eau dans notre révolution quotidienne
Zigzaguant comme un génie, tu apparais aux quatre coins de la planète

Content d’imprégner tous et toutes d’amour et l’âme à fleur de peau
Ton visage de grand enfant riant d’un sourire malicieux, spontané et passionné
Ironique, réunissant la rage et la tendresse dans tes réalités rêvées
Ici, au cœur de notre patrie, nous t’appelons, l’exemple à suivre
Dieu saura en quel lieu de ton existence tu partiras livrer d’autres batailles

Comme j’aimerais pouvoir t’embrasser, Chavez, du fond de l’âme et du coeur
Ondoyant entre l’attachement de l’homme et la divinité céleste qui t’entoure
Je me rappelle de ton « POUR L’INSTANT » qui inculqua l’espoir au peuple
Cet instant se convertit en « POUR TOUJOURS », par la patrie que tu nous laisses
Jamais plus à genoux devant le pouvoir, ni l’impie, c’est ton don sublime
D’où as-tu surgi, guerrier énigmatique des temps nouveaux ?
Est-ce le Dieu du ciel qui t’a semé sur terre pour rétablir la justice ?
Mille hommes naîtront, mais l’honneur sera d’avoir partagé ta présence
Tu es le peuple et pour cela je suis Chavez, elle est Chavez, nous sommes tous Chavez
Tu es et nous sommes la valeureuse race cosmique de l’Amérique Latine et des Caraïbes

Jour après jour, nous ne garderons avec nous comme Guacaipuro, Bolivar, Zamora, Marti, Allende et le Che
Maniant la valeur de tes idées et la cosmogonie et savoirs de nos gens
Nous lutterons donc pour les rêves libertaires que nous avons tracés

L’amour se paie avec l’amour, tu nous le disais, et nous te payons donc avec notre amour
La mort et la vie font la dialectique de l’existence, tu as transcendé les deux
En priant ton peuple t’acclame, te pleure et te célèbre aussi,
Révolution… et maintenant, plus que jamais, nous crions : Hasta siempre, comandante !!

Ismer Mota

LAISSER UN COMMENTAIRE