Published On: Thu, Jul 12th, 2012

Forces armées : Martelly se tourne vers l’Equateur

Pendant sa visite officielle en Equateur, mardi et mercredi, le président Michel Martelly a profité pour solliciter le soutien de son homologue dans la formation d’une armée. Une demande que Rafael Corea Delgado prend à coeur. Mais avant, il veut continuer dans la formation et le renforcement de la police nationale.

Le Président Martelly, accompagné du Ministre des Relations extérieures, arrive sur la Place des Héros de l’indépendance équatorienne

Fanfare. Déploiement impressionnant de la police et de l’armée équatoriennes dans les rues. Michel Martelly a été reçu en Equateur avec tous les honneurs militaires. Accueil chaleureux. Tant de la part des autorités que celle des membres de la population. Partout où il passait les gens lui réservaient des applaudissements et le sourire.

« L’objectif général de ma visite est non seulement de répondre à une invitation du président Corea, mais aussi de renforcer les liens de coopération entre nos deux pays et promouvoir les intérêts fondamentaux du peuple haïtien dans la région de l’Amérique latine », a indiqué le chef de l’Etat haïtien.

Pourtant, il a fallu une question directe d’un journaliste pour savoir que Michel Martelly a sollicité de son homologue son soutien pour la mise sur pied d’une armée. Promesse de campagne. « On va aider dans la formation des cadres militaires pour reconstituer les forces armées en Haïti », a promis le président équatorien Rafael Corea Delgado, soulignant que c’est le président Martelly qui lui en a fait la demande.

Sur ce sujet, ni le ministre de la Défense, Jean Rodolphe Joazile, ni le chef de la police nationale, Mario Andrésol n’ont pipé mot. Cependant, le président Martelly a préféré mentionner les discussions avec M. Corea sur la formation de cadres dans la police nationale.

« Nous avons aussi parlé de la coopération pour la formation des cadres pour la police. Pour mon gouvernement, le renforcement de la police nationale est un point clé pour le progrès du pays. L’Equateur a traditionnellement formé des cadres pour la PNH. Et maintenant, il se montre disposé à continuer ce programme. L’Equateur formera en moyenne 10 à 15 personnes par an », a expliqué M. Martelly.

Le premier mandataire haïtien a également demandé au président Corea d’inciter les investisseurs équatoriens à venir investir en Haïti. « Les investisseurs équatoriens peuvent aller en Haïti, a répondu Rafael Corea, soulignant que son pays n’est pas un grand exportateur de capitaux. Notre coopération va directement de secteur public à secteur public. »

Il s’est félicité du fait que le contingent équatorien dans la Minustah a déjà participé dans la construction de ponts, de routes, dans le curage des canaux d’évacuation, entre autres. Son gouvernement a déjà décaissé 13,5 millions de dollars dans le cadre de la reconstruction du pays, a-t-il dit.

Le président équatorien a souligné le respect de son pays pour Haïti et surtout de leur amitié historique tout en rappelant la contribution de Pétion dans la libération des pays de l’Amérique latine. « Haïti est non seulement le premier pays à avoir pris son indépendance, mais aussi le premier à répondre à l’appel des autres », a-t-il dit. M. Corea a promis de renforcer les liens de coopération entre les deux pays.

Il a appelé à l’union des peuples de la Caraïbe et de l’Amérique latine afin d’atteindre les objectifs de développement. Selon le chef de l’Etat équatorien, son pays va envoyer un contingent de génie militaire qui participera à la reconstruction d’Haïti pour un montant de 15 millions de dollars.

Le président Martelly a visité l’Ecole supérieure militaire Eloy Alfaro où il s’est entretenu à huis clos pendant une vingtaine de minutes avec les responsables. Il a aussi fait une offrande florale en l’honneur des Héros de l’indépendance.

Michel Martelly en a profité pour promettre aux ressortissants haïtiens en Equateur l’établissement d’une ambassade à Quito. Dans la même veine, le président Corea a souligné que son pays a régularisé la situation d’environ 2 000 Haïtiens vivant sur son territoire de façon irrégulière.

Michel Martelly, dans un discours au palais du gouvernement équatorien, a remercié le peuple de ce pays pour son soutien à Haïti après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. « L’Equateur est dans le cœur de tous les Haïtiens », a-t-il dit en espagnol, ce qui lui a valu des applaudissements.

Cette visite officielle du chef de l’Etat était aussi l’occasion pour le gouvernement haïtien de signer deux accords avec les autorités équatoriennes, respectivement sur la reconstruction d’Haïti et sur des appuis techniques et scientifiques.

Haïti- Équateur : Communiqué de la Présidence Le président de la République, Michel Joseph Martelly insiste sur la coopération au niveau de la défense et la régularisation de la situation des Haïtiens en Equateur

Port-au-Prince, mercredi 11 Juillet 2012 : Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, dans le cadre de sa visite de raffermissement et de dynamisation de la coopération avec l’Equateur, a visité, dans la matinée du mercredi 11 juillet 2012, l’Ecole supérieure militaire Eloy Alfaro, où il a reçu les honneurs militaires avant de rencontrer le Ministre équatorien de la Défense, M. Miguel Carvajal, puis, plus tard, le Président équatorien, S.E.M. Rafael Correa.

Accompagné du Ministre haïtien de la Défense, M. Rodolphe Joazile, et du Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti, M. Mario Andrésol, le Chef de l’Etat haïtien s’est entretenu avec le Ministre Carvajal, le Directeur de l’Ecole militaire Eloy Alfaro, le Général Gustavo Cabrera et le Haut-Etat major, autour des questions liées à la structuration du Ministère haïtien de la Défense, notamment à la formation d’une force armée moderne pour Haïti, à l’accompagnement de l’Equateur dans la mise en place d’un Etat-major en Haïti, au renforcement de la Police Nationale et du rôle que devrait jouer la Minustah en Haïti.

En effet, dans le cadre de la coopération entre Haïti et la République d’Equateur dans le domaine de la défense civile, le Gouvernement haïtien souhaiterait :

a) Créer un corps de génie au sein du Ministère haïtien de la Défense : capable d’intervenir à titre d’appui technique, logistique et opérationnel dans des grands travaux d’infrastructures ou communautaires;
b) Former un corps de sauvetage en milieu maritime et terrestre : capable d’intervenir au profit des membres de la population civile, en cas de catastrophes naturelles ou humaines;
c) Instituer un corps d’intervention humanitaire : capable d’organiser la gestion humanitaire et les services d’ordre, dans les régions affectées, lors des situations post-désastres.

Aussi, pour prévenir et réprimer des éventuelles actions armées internes ou étrangères, étatiques ou non étatiques, susceptibles de porter atteinte à la sureté de l’Etat, le Gouvernement haïtien espère, à moyen terme, avec l’appui de la République d’Equateur :

a) Créer un corps d’infanterie légère : capable d’assurer la sécurité dans les zones frontalières et dans les régions reculées et difficiles d’accès;
b) Renforcer les capacités techniques et opérationnelles des gardes côtes haïtiennes;
c) Former une unité d’aviateurs et de pilotes d’hélicoptère;
d) Créer une unité militaire d’anti émeute et de déminage.

« Je connais bien l’histoire d’Haïti. Sa contribution à la cause de l’Amérique latine, est noble. Nous sommes donc prêts à collaborer avec Haïti », a déclaré le Ministre équatorien de la Défense, M. Carvajal, qui a ajouté que les deux forces armées haïtienne et équatorienne, ainsi que la police, pourront en effet travailler ensemble.

« Cette nouvelle Haïti que je veux promouvoir, ne veut plus quémander, mais rechercher la solidarité, la coopération technique avec les pays amis », a, pour sa part, rappelé le Président haïtien bien avant de se rendre, accompagné du Ministre des Relations extérieures, M. Ricardo Patino, sur la Place des héros du 10 Octobre, pour le dépôt d’une gerbe de fleurs en hommage à ces combattants de l’indépendance équatorienne.

La cérémonie a fait suite à une série de discussions avec les compatriotes haïtiens, massés, pour l’occasion, aux abords de la Place. Les revendications des Haïtiens établis en Equateur, ont porté sur leur légalisation, l’ouverture en Equateur d’une ambassade pour traiter les dossiers liés à leur existence sur le territoire équatorien, puis la possibilité de l’octroi d’un visa de résidence, pouvant leur faciliter leur pleine intégration dans la communauté équatorienne. Le Chef de l’Etat haïtien qui a pris le temps de les écouter, leur a promis des réponses à leurs problèmes quotidiens respectifs.

« Haïti, respalda, Ecuador esta contigo ! », criait la foule d’Equatoriens et d’Haïtiens réunis devant le Palais présidentiel, attendant l’arrivée du Président Martelly qui sera reçu par le Président de la République équatorienne, S.E.M. Rafael Correa Delgado, avant la poursuite des discussions et des ateliers de travail.

Robenson Geffrard

Comments

comments

About the Author

- 198, rue du Centre. BP 1316, Port-au-Prince, Haïti. Website: http://lenouvelliste.com e-mail: redation@lenouvelliste.com / infos@lenouvelliste.com

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Au hasard:
Michel Martelly
Des limites de la communication officielle

Dans un communiqué rendu public le 10 février, le Bureau de communication de la présidence a informé la population haïtienne...

Tendai Biti
Zimbabwe: l’Etat a 217 dollars en caisse, selon le ministre des Finances

Il restait la semaine dernière 217 dollars au gouvernement zimbabwéen après avoir payé les fonctionnaires, a annoncé mardi le ministre...

Close