L’Espagne s’est fait peur !

0
228

Pourtant auteur d’un match terne, l’Espagne termine 1ère de son groupe grâce à sa victoire arrachée face à la Croatie (0-1) et qui élimine les joueurs à damier. La Roja rencontrera en quarts de finale le 2ème du groupe D, celui de la France.

Croatie-Espagne 0-1
Espagne : Jesus Navas (88e)

Que ce fut laborieux ! L’Espagne a sûrement livré son plus mauvais match de la compétition face à la Croatie. Mais la victoire arrachée grâce à un but du nouvel entrant Jesus Navas dans les derniers instants lui a permis de conserver la première place du groupe C et d’éliminer par la même occasion son adversaire croate. Cruel pour les joueurs à damier qui se sont peut-être réveillés trop tard, la faute aux différents choix tactiques du sélectionneur Bilic. Plus préoccupés à défendre qu’à inquiéter Casillas dans un 4-2-3-1 isolant beaucoup trop Mandzukic devant, les Croates se sont mués en spectateurs pour assister au triste spectacle proposé par l’Espagne en première période.

La raison ? Un déchet inhabituel dans les transmissions et des mouvements pas assez coordonnés pour déstabiliser le bloc croate. Seuls Iniesta (12e), Torres (23e) ou Silva (30e) sollicitaient ainsi Pletikosa, pas vraiment en danger sur les tentatives espagnoles. Enfin plus audacieuse au retour des vestiaires, la bande à Bilic aurait pu arracher cette victoire tant attendue par tout un peuple. Mais Casillas a éteint tous les espoirs croates en sortant deux belles parades devant la tête de Rakitic (59e), puis la frappe puissante de Perisic (79e). De quoi décourager les coéquipiers de Modric qui voyait la Seleccion finir plus fort et s’en sortir donc sur une belle action du trio Fabregas-Iniesta-Navas achevée par l’ailier droit (0-1, 88e). L’Espagne a eu très chaud !

Les joueurs du match
S’il y a un Espagnol qui a été fidèle à son standing, c’est bien Iker Casillas, impérial et décisif sur un coup de tête de Rakitic à bout portant. Côté croate, on pourra signaler la prestation intéressante de Darijo Srna, sur tout son couloir droit, mais surtout de Luka Modric, remarquable pour mener le jeu croate. Deux talents qui sortent de l’Euro sans avoir démérité…

On n’a pas aimé
Bien étonnant le visage offert par la Furia Roja. Est-ce dû à la tension qui s’est propagée dans les rangs espagnols ? Malgré une large possession du ballon (64%), le jeu espagnol fut en tout cas bien brouillon avec pas mal de mauvais choix offensifs. Surtout, Del Bosque s’est encore entêté à changer d’avant-centre, de Torres à Silva en passant par Fabregas puis Negredo en toute fin de partie. Le séléctionneur tâtonne encore même si on ne doute pas du meilleur visage qu’offrira la Seleccion en quarts de finale…

LAISSER UN COMMENTAIRE