Fin du rêve pour la Pologne

0
181

Co-organisatrice de l’Euro 2012, la Pologne a quitté la compétition dès la phase de groupes. Une immense déception pour tout un peuple…

Damien Perquis en larmes. Inconsolable. C’est l’une des images fortes de ce 1er tour de l’Euro 2012. Co-organisatrice de l’épreuve, la Pologne avait nourri de grands espoirs avec un groupe sur le papier à sa portée. Elle n’ira finalement pas plus loin dans sa compétition. Battue par la République tchèque samedi soir (1-0), elle est éliminée dès le 1er tour d’une grande compétition pour la quatrième fois d’affilée. Sans avoir remporté le moindre match. Plongeant ainsi le peuple polonais et par la même occasion la presse nationale dans un océan de tristesse et d’amertume. «L’espoir n’a jamais été aussi grand, et tout s’est fini comme d’habitude depuis 26 ans», peut-on lire dans le quotidien Gazeta Wyborcza. «La fin du rêve», selon le Rzeczpospolita, est brutale. Mais elle n’est pas si surprenante que cela. La Pologne est «une équipe moyenne avec des joueurs moyens», nous avait prévenus Henri Kasperczak, membre du comité d’organisation. Individuellement, on n’a pas des aigles ! On n’a pas de joueurs exceptionnels en Pologne». Cela s’est vu.

La pilule est dure à avaler aujourd’hui

— Franciszek Smuda

Si personne ne pourra leur enlever leur enthousiasme, les Polonais n’ont jamais réussi à tenir la distance. A l’image du match d’hier avec 30 premières minutes très intéressantes, gâchées par une trop grande maladresse offensive, avant une disparition complète de la circulation. «La pilule est dure à avaler aujourd’hui. Je pense qu’on était un peu trop confiants sur nos chances de battre les Tchèques, a expliqué Franciszek Smuda, le sélectionneur de la Pologne, à l’issue de la rencontre. On a eu des occasions avant la mi-temps, mais on n’a pas su les saisir, c’est pour cela qu’on a perdu. À la mi-temps, on a quitté les vestiaires en voulant attaquer. Mais sur le terrain, on n’a pas réussi à le faire. Ce n’est pas que les joueurs ne le voulaient pas. Peut-être même étaient-ils trop motivés. Il va falloir vivre avec».

Faire le deuil de cette compétition
Trop tendres défensivement, pas assez tranchants devant, les Polonais étaient trop limités pour espérer mieux. Tout simplement. «Nous n’avons pas atteint notre objectif. Le bilan sera toujours négatif, reconnaît Jakub Błaszczykowski. Ce qui est positif, c’est que nous avons tenu tête à tout le monde. On a vécu beaucoup de bons moments avec les supporters dans cette compétition. C’est dommage que ce soit aussi court et que nous soyons déjà éliminés. Il faut passer à autre chose maintenant. L’expérience acquise sera précieuse». La suite justement se fera sans Smuda. Dès la fin de la rencontre, le sélectionneur polonais a en effet annoncé qu’il quittait ses fonctions. «Je crois que nous avons fait des progrès et que nous pouvons encore nous améliorer. Dans deux mois, les éliminatoires de la Coupe du monde commencent, et je pense vraiment qu’ils peuvent se qualifier pour partir au Brésil», a-t-il confié. Il faudra avant cela faire le deuil de cette compétition et digérer ce raté. Pas une mince affaire…

LAISSER UN COMMENTAIRE