Malheur au vaincu

0
225

Timide face à la France, l’Angleterre se doit de passer la vitesse supérieure à l’occasion de son deuxième match face à la Suède. Mais battus, eux, par l’Ukraine, les Scandinaves joueront leur survie dans l’Euro lors de ce duel qui s’annonce donc tendu.

Les échos de la rencontre :
Lundi dernier, après leur match nul contre la France (1-1), les Anglais n’avaient pas caché leur satisfaction. Pourtant, dans un contexte normal, ce résultat serait apparu insuffisant aux yeux des sujets de sa Gracieuse Majesté. Mais entre les nombreux absents (Rooney, Cahill, Lampard, Bent…) et une préparation délicate, la sélection aux Trois Lions avait su remiser le temps d’un match ses rêves de grandeur pour un pragmatisme de bon aloi. Toutefois, ce point pris face à la France relève désormais de l’histoire ancienne et au moment de défier la Suède, l’Angleterre sait qu’elle doit montrer un visage plus ambitieux que celui d’une simple équipe de contres. Sauf que Roy Hodgson ne dispose pas vraiment d’une profondeur d’effectif à même de lui offrir des solutions nouvelles. Toujours suspendu, Rooney croisera les doigts pour ne pas affronter l’Ukraine mardi prochain pour du beurre. Seul changement envisageable donc sur le plan offensif, là où le bât blessait contre les Bleus : Oxlade-Chamberlain pourrait céder sa place à Walcott ou Downing.

La Suède, elle, faisait grise mine après son revers contre l’Ukraine (2-1). Pour s’en rendre compte, il suffisait de lire la réaction du sélectionneur scandinave, Erik Hamren, qui n’a pas mâché ses mots : «Avant le tournoi, j’avais dit que pour gagner ces matches, nous allions avoir besoin de 11 joueurs au top. On avait parlé de courage aux joueurs et seuls cinq joueurs ont été courageux. Nous avons été des lâches en première période. Mon équipe ne m’a pas plu, j’attendais mieux. Nous allons devoir travailler et discuter ensemble.» Une analyse sans concession, qui pourrait pousser le technicien suédois à quelques changements pour retrouver l’Angleterre, qu’elle aime tant tourmenter (voir historique des confrontations). Ainsi, Elmander (blessé) pourrait effectuer son retour en pointe, ce qui permettrait à Ibrahimovic de reculer d’un cran et d’évoluer aux côtés d’Elm, préféré à Toivonen. En défense, Jonas Olsson a vu sa cote remonter pour une place dans l’axe. Toutes ces modifications suffiront-elles à relancer une formation suédoise si décevante ?

Historique des confrontations :
De prime abord, le bilan entre la Suède et l’Angleterre est parfaitement équilibré avec six succès de part et d’autre, pour neuf résultats nuls. Mais cet équilibre se brise si on ne prend en considération que les résultats des matches en phases finales de l’Euro ou de la Coupe du Monde. Ainsi, les Suédois n’ont jamais perdu à cette occasion contre les Anglais, avec deux victoires et sept scores de parité. En revanche, l’Angleterre reste sur un succès face à la Suède en match amical (1-0) le 15 novembre dernier à Wembley.

Leurs cinq derniers matches :
France-Angleterre 1-1 (Euro 2012)
Angleterre-Belgique 1-0 (Amical)
Norvège-Angleterre 0-1 (Amical)
Angleterre-Pays-Bas 2-3 (Amical)
Angleterre-Suède 1-0 (Amical)

Ukraine-Suède 2-1 (Euro 2012)
Suède-Serbie 2-1 (Amical)
Suède-Islande 3-2 (Amical)
Croatie-Suède 1-3 (Amical)
Bahreïn-Suède 0-2 (Amical)

LAISSER UN COMMENTAIRE