Danilo Medina est le nouveau président dominicain

2
212

Le candidat du parti au pouvoir Danilo Medina a remporté l’élection présidentielle dominicaine face à l’ex-président social démocrate Hipolito Mejia, selon des résultats quasi complets.

Danilo Medina, nouveau président de la République dominicaine. Image: AFP

Les résultats portent sur 90, 62% des quelque 14 000 bureaux de vote dépouillés. Aucun chiffre concernant la participation n’est en revanche disponible. Malgré des irrégularités constatées, on connaît de manière presque sûre le président à sortir des urnes.

Danilo Medina, soutenu par une coalition de 14 partis, semble bien parti pour être élu face à Hipolito Mejia, personnalité charismatique de 71 ans bien connue des Dominicains pour avoir été au pouvoir de 2000 à 2004. Il a cependant refuser de s’exprimer tant que la Commission n’a pas proclamé officiellement sa victoire.

«Victoire écrasante?»

«Bien que la tendance ait été la même depuis le premier bulletin de vote, donnons l’exemple et attendons que ce soit la Commission qui déclare le vainqueur», a-t-il écrit sur son compte Twitter. Un peu auparavant, son directeur de campagne, Francisco Javier Garcia, avait parlé de victoire «écrasante».

De son côté, Hipolito Mejia s’est montré prudent. Il reste «des voix à comptabiliser, je veux attendre jusqu’à lundi matin (Il est 6 heures de moins que chez nous en République dominicaine, ndlr) et je veux attendre que les documents électoraux de la Commission arrivent ici et que mes partisans viennent avec leurs relevés pour les comparer», a-t-il dit dans une brève déclaration à la presse, à l’aube, en critiquant le processus électoral.

Irrégularités dans le scrutin

Le PRD avait un peu plus tôt proclamé Mejia vainqueur et affirmé que, lundi, il présenterait «des documents avec des preuves» des «irrégularités» observées durant le scrutin. Medina, un économiste de 60 ans, a choisi comme colistière Margarita Cedeño, l’épouse du président sortant Leonel Fernandez, qui ne peut se représenter après trois mandats, de 1996 à 2000 et de 2004 à 2012.

Selon la Commission, les bureaux de vote ont connu «une bonne affluence» et les électeurs ont fait preuve d’«un comportement civique exemplaire» qui a permis de ne connaître que des incidents «minuscules et isolés». Elle a aussi précisé qu’une dizaine de personnes ont été interpellées pour port d’armes illégal, dont d’anciens militaires porteurs d’armes de gros calibre. La presse locale a fait état de quelques blessés par balles, des faits confirmés par les autorités.

De précédentes élections, comme les législatives de 2010 qui ont vu la mort de 5 personnes, ont été marquées par la violence, particulièrement par des fusillades après des altercations entre militants de partis opposés.Quelque 15.000 militaires et policiers avaient été déployés dimanche pour assurer un scrutin sans heurts, après une campagne marquée par des violences politiques ayant fait deux morts.

328 000 Dominicains de l’étranger

Le chef de la mission d’observation de l’OEA, l’ex-président uruguayen Tabare Vazquez, a demandé à la population de rester calme en attendant les résultats définitifs et dénoncé quelques irrégularités, ce qu’a également fait le mouvement civique Participation citoyenne, qui coordonne les observateurs locaux.

Quelque 6,5 millions d’électeurs, sur 10 millions d’habitants, étaient convoqués pour choisir leur président et vice-président, pour un mandat de quatre ans, entre six candidats. Les quatre autres n’ont pas recueilli plus de 2% des suffrages. Il y avait également 328.000 électeurs résidant à l’étranger, dont un tiers à New York.

AFP /Newsnet

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE